Venin et crochets : la vérité sur les araignées

Parce qu’elles sont de précieuses alliées qui mangent les bibittes, mais qu’elles ont mauvaise réputation, on s’est dit que ça vaudrait la peine de mettre le spotlight sur les araignées pour tenter (on dit bien tenter) de t’éclairer sur nos copines à 8 pattes.

On va arracher le plaster en partant : toutes les araignées peuvent mordre, même nos petites araignées québécoises et toutes les araignées ont du venin. (☉_☉) On a déjà introduit le sujet en te présentant la nouvelle arrivante au Québec : la veuve noire du Nord. On te parlait de son venin et des conséquences d’une morsure. Mais attention, toutes les araignées ne sont pas dangereuses. On t’explique.

Les araignées ont des chélicères. C’est un membre qui se trouve près de la bouche, qui se finit par un crochet et qui vient en paire. (À ne pas confondre avec leurs pédipalpes qui se trouvent souvent dans le même coin et qui servent à manipuler.) Les chélicères sont souvent repliées au centre de la face de l’araignée. À quoi ça sert? Leur fonction principale est d’injecter du venin à leur proie. C’est dans les chélicères que sont les glandes à venin et au bout des crochets se trouve des ouvertures pour l‘injection. Les araignées n’utilisent pas leur venin pour rien. Il sert à se défendre, mais essentiellement et le plus important, à paralyser leurs proies. Une toxine qui liquéfie la proie est ensuite injectée. Les arachnides n’ont pas tes belles dents, elles ne peuvent pas mâcher leur nourriture comme nous, elles ont donc développé ce tour de passe-passe pas mal efficace!

Au Québec, on trouve environ 680 espèces d’araignées (mais ça change souvent, parce que c’est difficile de dénombrer toutes les espèces). Parmi celles dignes de mention, on trouve la Dolomède ténébreuse, la plus grosse des araignées d’ici. Une femelle en santé peut faire 7,5 cm. Tout à fait inoffensive, elle vit généralement à proximité de l’eau. Elle peut mordre, et comme elle est grosse, c’est douloureux. Mais aucunement dangereux. Elle ressemble aux araignées-loup, mais elle transporte son sac d’oeufs sous sa tête plutôt que sur son abdomen.

La plus petite de nos araignées, du haut de ses 0,8 mm (cuuute), c’est Mysmena quebecana. Une espèce endémique* du Québec, d’où son nom, qui a été découverte dans le Parc de la Yamaska. #madeinquebec

Comme on fait pas de cachette, on va te parler de la Mildei (Cheiracanthium mildei) avant que quelqu’un d’autre ne le fasse. C’est une petite araignée jaune blanchâtre qui se tient dans les maisons et c’est la plus dangereuse de toutes… Elle possède un venin cytotoxique, qui attaque la peau. Ça veut dire que si un humain, comme toi, est mordu, il y a des chances de voir apparaître une rougeur et de ressentir un effet de brûlure autour de la morsure. C’est tout. Pas trop inquiétant.

Finalement, pour te laisser sur une note positive, sache que dans la plupart des cas, si une araignée mord un humain, c’est simplement pour lui signifier sa présence, et aucun venin ne sera injecté. Les chélicères (et donc les crochets à venin) sont commandés par le cerveau et l’araignée peut décider de la quantité de venin à injecter selon la grosseur de la proie. Alors, pas de gaspillage sur autre chose qu’une proie juteuse!

Une belle petite dolomède, par Anne Préaux

Les araignées sont présentes dans tous les types de milieux et partout, elles jouent des rôles primordiaux pour la biodiversité. Parce qu’elles sont des prédatrices gourmandes, elles consomment beaucoup d’insectes (parfois nuisibles). Elles font ce qu’on appelle un contrôle biologique en régulant les populations de leurs proies. Donc, un gros merci aux araignées!

* Endémique ça veut dire qu’on ne la trouve qu’ici. Elle est unique à notre territoire et se trouve nulle part ailleurs. On a quelques espèces endémiques extra cool au Québec.  

Source images : GUEPE, Anne F. Préaux