La grande métropole québécoise cache bien des secrets. En plus de son sol rempli de fossiles, ses cours d’eau souterrains et de sa composition géologique particulière datant de la Mer de Champlain, le sous-sol de Montréal cache aussi une caverne. Prêt pour un voyage dans le temps? 

Déplace la vidéo avec ta souris pour voir une vue 360 de la caverne. 

Située dans le parc de quartier Pie-XII, dans Saint-Léonard, la Caverne de Saint-Léonard, est un lieu unique. Elle a été découverte en 1812, puis utilisée pendant la Rébellion des patriotes de 1837* comme une armurerie et une cachette par les rebels. On a fini par l’abandonner. Curieux d’en savoir davantage sur cette caverne, la Société québécoise de spéléologie a commencé à l’étudier en 1978. Elle a ensuite été nommée site patrimonial historique. Et récemment, en 2017, de nouvelles galeries, vieilles de 15 000 ans, ont été découvertes. 

Ces nouvelles caves font au-delà de 200 m de long, ce qui est énorme pour une caverne au Québec, et spécialement en milieu urbain. Pour l’explorer, les spéléologues ont sorti leurs kayaks gonflables parce que une nappe d’eau remplit partiellement la cavité. On y a aussi découvert des stalactites et les stalagmites qui font presque 20 centimètres de long. Tu vas nous dire que 20 cm c’est rien du tout, mais si on pense qu’au Québec, ça prend environ 1000 ans pour qu’un centimètre de stalagmites se forme, c’est exceptionnel!

Cette caverne est le résultat du déplacement de la roche par un glacier. En étudiant les photos des parois, les spécialistes ont pu conclure que les murs de la galerie, très droits, présentent des creux et des bosses qui sont complémentaires (qui peuvent s’encastrer). Comme si la roche s’était disloquée, poussée par le glacier. 

On a chatouillé ta curiosité? Pas de problème, tu peux faire partie des plus ou moins 3000 visiteurs annuels de la caverne de Saint-Léonard. Toutefois, comme les nouvelles galeries sont encore à l’étude seulement la vieille section est ouverte au public. Les 40 m de tunnels qui mènent à une chambre ouverte puis les passages qui se rapetissent de plus en plus, les échelles, la bouette sur tes jeans et le guide extraordinaire, valent définitivement le détour. Mets tes bottes de pluie et ton casque de spéléologue, on va visiter la caverne de Saint-Léonard.** 


* Au printemps 1837, Louis-Joseph Papineau et sa bande de rebels patriotes, ont tenté de faire face aux troupes britanniques dans ce qu’était à l’époque le Bas-Canada. Les rebels ne faisaient pas le poids devant les Anglais. Le tout c’est fini dans le sang, les fuites des rebels vers les États-Unis, les arrestations, les déportations vers l’Australie et une couple de pendaisons. Une très joyeuse portion de notre histoire… 

** P.S. Ça prend une réservation, donc, vas faire un tour sur la page de la Société québécoise de spéléologie

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Ces intrigants lichens
    À peine arrivé(e) dans la forêt, tu te sens déjà bien. Les arbres de l’automne sont parés de leurs plus belles couleurs et les […]
  • La mycorhize, une interdépendance
    D’abord, « myco » signifie champignon en ancien grec, et « rhize » vient de « rhiza » qui signifie racine. On peut donc en déduire que la mycorhize, c’est la relation étroite […]
  • Les interactions biologiques : une équation
    Un écosystème, c’est un grand réseau où l’on retrouve une multitude d’interactions entre les différentes composantes. Chez les vivants (on met donc de côté les […]
  • Les mystères du cachalot
    Animé par un esprit de vengeance, le capitaine Achab pourchassait le célèbre cachalot blanc Moby-Dick dans le roman de Herman Melville. Inspiré par […]
  • L’ozone
    À force de faire des recherches sur l’ozone, tu te rends compte que c’est un phénomène de plus en plus complexe. Finalement, sais-tu […]