Oui, on le sait, cet animal a un des noms les plus weird du règne animal (deuxième place derrière l’axolotl). Mais on trippe dessus parce que le Condylure à nez étoilé, de son nom complet, a une adaptation des plus pratico-pratique. On t’en parle plus bas. Avant, on veut mettre quelque chose au clair : c’est gros comment, une taupe? La forme de son corps pourrait laisser penser que c’est gros comme une marmotte ou un écureuil du parc Jarry, mais non, c’est tout petit, ça pourrait entrer dans ta main! #checked

On comprend bien sa petitesse ici

Le condylure, c’est un proche cousin des musaraignes et des taupes. En fait, pas mal de monde l’appelle « la taupe à nez étoilé ». Comme les taupes, le condylure vit dans la terre presque sans cesse, mais risque parfois sa vie en nageant dans l’eau ou en s’aventurant sur la terre ferme dans les milieux humides. Il promène autant grace à son nez étoilé. Mais, c’abord, pour vivre sous la terre, il faut être capable de s’y promener et la morphologie de leur corps est vraiment bien adaptée à ça. Déplacer de la terre, c’est pas comme « faire de l’air »… ça prend un bon chest-bras. Les Taupes à queue velue et les condylures (les deux espèces de taupes qu’on a au Québec) ont des pattes avant et des griffes très développées pour pouvoir creuser des tunnels et ainsi se déplacer, construire leur nid, trouver leur nourriture, bref, vivre leur vie!

Des grosses papattes (ღ˘⌣˘ღ)

Mais pourquoi vivre sous la terre s’il faut toujours creuser et forcer, tout ça, dans le noir total? Le principal avantage, c’est d’être bien caché des prédateurs! Toutefois, les condylures sont peut-être les taupes qui vivent le plus dangereusement puisqu’ils aiment sortir de la terre et aller sous l’eau. Leur nez, bordé de 22 tentacules, leur permettent de sentir les proies aquatiques en restant submergés. Les tentacules forment des bulles et le condylure les aspire pour sentir s’il est sur la piste de son souper. Ça lui permet aussi d’étirer son temps sous l’eau. Ces tentacules, ce sont des p’tits doigts avec le sens du toucher très développé qui leur permettent aussi de trouver des insectes et des vers de terre sous la terre tout en continuant d’avancer en creusant des tunnels. #pasletempsdeniaiser Même leur fourrure est adaptée à vivre dans des tunnels terreux puisque qu’elle peut se lisser dans plusieurs sens. Un peu comme le coussin en paillettes de ta p’tite sœur qui change de couleur quand tu le brosses dans tous les sens. Même. Affaire. Cette adaptation permet donc aux taupes de pouvoir facilement reculer dans leur tunnel.

Une vraie star! (Star, étoilé… t’as pogne-tu?)

Tu tu dis sûrement « oui mais moi, j’aimerais ça en voir des Condylures! ». On se le cachera pas, ce n’est pas l’animal le plus facile à observer. C’est malheureux, mais lorsqu’elles sont observées, ces petites bêtes sont souvent sans vie. ( ⚆ _ ⚆ ) Pour augmenter tes chances, promène-toi près d’une zone humide, dans des petites friches proches d’un ruisseau ou d’un marais, mais surtout, sois pas aveugle comme une taupe et regarde où tu mets les pieds! C’est comme ça que l’auteur de ces lignes en a observé une pour la première fois!

Sources images : Nick Tepper, Linda Gilbert, The Jasper Patch

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Le cycle des roches
    « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », suggérait Lavoisier. Et c’est aussi bon pour les roches! Bien qu’un caillou ait l’air relativement invariable, les roches*, elles, changent, […]
  • L’ABC des tornades
    En 1939, la maison de Dorothée est emportée par une tornade, jusqu’à Oz. Helen Hunt, en 1996 dans le classique Twister, s’attache à une conduite souterraine et […]
  • Le lapin du Québec
    Visualise 5 cm d’oreilles paraboliques capables de détecter les moindres sons et leur direction. On ajoute des pattes qui font le tiers de la longueur totale de […]
  • Le cycle de l’eau
    On peut apercevoir de l’eau dans notre vie urbaine de tous les jours :  sous forme liquide, en ouvrant le robinet;  sous forme gazeuse, en observant la vapeur d’eau s’échapper de la […]
  • Le harfang et le lemming : quand la grosse bête s’adapte à la petite
    Bien qu’il soit natif des terres polaires, il arrive qu’on retrouve le harfang des neiges, le beau hibou blanc, plus au sud du Canada. Il se rend même […]