Ours polaire, noir et blanc

En voyant ces photos du Kansas Zoo, on nous a demandé si c’était normal que l’ours polaire soit noir. Oui, bien normal. On le voit de cette couleur parce qu’il a la peau noire. Oui oui. Voici pourquoi?

 

D’abord, il faut s’intéresser à leur fourrure. Instinctivement, si on te demande de quelle couleur est le pelage d’ours polaire, tu vas nous dire blanc. Pourtant, c’est pas vraiment ça. Les poils des ours polaires sont creux : ils n’ont pas de pigments de couleur. Leur fourrure, composée de deux couches de poils (le poil de jarre, plus long et le duvet, plus court) est transparente.

Mais pourquoi la voit-on blanche? C’est un jeu de lumière. Quand la lumière du soleil atteint un poil d’ours polaire, elle va voyager dans le poil puis être dispersée vers un autre poil qui va capter la lumière puis la disperser et ainsi de suite, jusqu’à la peau. Si le rayon ne parvient pas à la peau, il se dissipe en chaleur et est emprisonné dans le duvet épais (le snuggie intégré de l’ours). Une mince fraction de cette lumière (blanche) est reflétée par l’air contenu dans le poil et ce reflet (ou luminescence) est suffisant pour donner l’impression de blanc. Quand les couchers de soleil sont méga-rose-orange dans l’arctique, on peut voir les ours polaires orange, même histoire s’il fait très gris.

 

C’est quoi le rapport du noir? Lorsque la lumière a fini de bouncer dans le poil, elle atteint la peau et sa couleur foncée lui permet d’emmagasiner plein de chaleur. Ce qui est notable dans un environnement comme le pôle nord… Si tu ouvres bien les yeux, tu peux voir la peau foncée des ours au bout de leur museau où les poils sont très courts.  

 

 

Et quoi d’autre

En plus de leur fourrure blanche (100% camouflage dans leur habitat), les ours polaires ont une bonne couche de graisse (2 à 4 pouces d’épais), dans laquelle la chaleur se disperse une fois absorbée par la peau. Ça lui permet de rester au chaud, même dans l’eau glaciale.

Plus de 80% de ces ours (pas vraiment blancs) se trouve sur le territoire canadien. Ils vivent et chassent* dans l’archipel nordique, sur la banquise, soit des gros chunks de glace qui flottent. Avec les températures qui augmentent, la quantité de chunks diminue, c’est mauvais présage pour nos ours polaires. Plus il y a de changements climatiques, moins il y a de banquise, il y a donc moins de possibilité pour vivre et chasse et moins d’ours polaire. C’est un pensez-y bien.

 

* Ce sont les plus gros prédateurs terrestres. Ils peuvent atteindre jusqu’à 8 pieds de haut. C’est 8 sous-marins 12 pouces Subway de haut. C’est beaucoup.

 

 

Source images : Pixabay