Musaraignes : voraces et vaillantes

Ce mois-ci, on met le spotlight sur des p’tits mammifères méconnus, qui ont un appétit sans limite et une énergie surprenante : les musaraignes.

Musaraigne cendrée, par Michelle Lamberson

Musaraigne cendrée, par Michelle Lamberson

« Ah! Ouais, les musaraugnes… c’est quoi donc ça? » On les confond souvent avec les souris ou les campagnols, mais surtout avec les taupes, mais elles voient beaucoup mieux, sont généralement plus grises et ont un museau plus pointu presque comme une mini trompe. ^,_,^  Au Québec, nous avons 8 espèces :

  • la musaraigne cendrée, qui est la plus commune de la province;
  • la musaraigne palustre, celle qui nage;
  • la musaraigne longicaude, celle qui a des longues vibrisses (C’est le mot fancy pour dire moustaches.);
  • la musaraigne fuligineuse, celle avec des grosses oreilles;
  • la musaraigne arctique, celle qui vit dans le nord;
  • la musaraigne de Gaspé, qui est endémique au Canada (Ça veut dire qu’il y en a nul part ailleurs.);
  • la musaraigne pygmée, la plus petite (Même qu’avec ses 80 mm de long en moyenne, c’est le plus petit mammifère de l’est du Canada.);
  • et plus grosse en Amérique du Nord, la grande musaraigne. (Elle peut faire jusqu’à 14,4 cm de long.)

 

On trouve ces animaux subnivaux dans pas mal tous les types de milieux forestiers, pourvu qu’il y ait de l’eau à proximité. Généralement avec un peu d’humidité, beaucoup de mousse et des arbres morts au sol, elles sont contentes. En autant qu’il n’y ait pas trop de couleuvres, hiboux, renards et coyotes, elles devraient s’en sortir. Quoiqu’on ne s’en fait pas trop pour les musaraignes. Ces cachotières sécrètent du musc, un liquide odorant (ewwww!) qui rebute même les prédateurs le plus téméraires. La grande musaraigne, en plus, produit du venin qu’elle injecte en mordant. Elle utilise d’ailleurs ça comme technique de chasse puisque son poison paralyse sa proie, qui, peut être pas mal plus grosse qu’elle. C’est pratique.

(Juste pour éviter la panique, on te jure que le venin des musaraignes n’est pas dangereux pour l’humain, tu peux aller en forêt sans les craindre.)

Grande musaraigne, par Gilles Gonthier

Grande musaraigne, par Gilles Gonthier

Les autres musaraignes se contentent de vers de terre, de cloportes et d’insectes de tous genres, certaines mangent même des poissons et des salamandres. En hiver, quand les ressources diminuent, elles mangent davantage de graines, de bouts de végétaux et de champignons. Certaines font même des réserves dans des galeries construites dans la mousse. Pour se déplacer, comme une bonne partie de nos musaraignes ne sont pas équipées pour creuser des tunnels, elles utilisent ceux des autres animaux fouisseurs et ce, jour et nuit. Elles n’ont pas beaucoup de temps libre, les pauvres. Comme elles ont un métabolisme très élevé*, elles doivent manger (et donc chasser) sans cesse… Ce qui est, quand on y pense, pas si mal pour nous parce que les musaraignes consomment donc des TONNES d’insectes nuisibles. Bravo!

Musaraigne palustre, par Robert Ivens

Musaraigne palustre, par Robert Ivens

Dernière chose sur les shrews : il semblerait qu’elles puissent produire des ultrasons pour se déplacer par écholocation comme les chauves-souris et les dauphins. Ce n’est pas confirmé, mais c’est une véritable hypothèse aux nombreux cris et sons des musaraignes et c’est très cool

 

 

 

* On parle ici de quelques 800 battements cardiaques par minute (jusqu’à 1200 pour la pygmée). Sais-tu c’est quoi le rythme cardiaque normal pour un humain? C’est entre 60 et 100 pulsations par minute… Avec une si haute fréquence, une musaraigne doit à peu près consommer son poids en nourriture tous les jours. Imagine.