Emblème du temps des fêtes, t’as peut-être embarqué dans la fameuse discussion « je fais pas mon sapin avant décembre ». Ou peut-être dans le dilemme « sapin naturel ou artificiel? ». Quoi qu’il en soit, le sapin est le roi des forêts ET des salons en décembre!

Si tu t’es promené un peu dans les bois, t’as peut-être croisé plusieurs espèces de conifères. En effet, dans les forêts québécoises, on trouve une foule d’espèces de conifères: des épinettes noires ou blanches, des sapins baumiers, des pruches, des pins rouges, blanc ou gris, des thuyas, des mélèzes… Si jamais tu décidais de clore le débat et d’aller te chercher toi-même un sapin pour le salon, pour être le plus traditionnel possible, vise le sapin baumier. Voici quelques trucs pour l’identifier!

Le sapin baumier possède des aiguilles courtes et plates, comme si tu les avais écrasées avec tes doigts, contrairement aux longues aiguilles du pin rouge ou aux aiguilles quadrangulaires (à 4 côtés) des épinettes. La cime des sapin est pointue la forme générale de l’arbre pointe vers le ciel, comme un flèche. Aussi, si tu nous lis de l’ouest des Rocheuses canadiennes, ce ne sera pas vraiment possible pour toi de trouver un sapin baumier près de chez toi car sa dispersion s’arrête à l’est de la chaîne de montagnes.

Le sapin baumier, c’est un arbre chaleureux, qui sent le réconfort. Au Québec, environ 1 400 000 sapins sont vendus annuellement ce qui fait du Québec, la province productrice et vendeuse d’arbres de Noël numéro uno. Les huiles essentielles apaisent et l’arôme des jeunes pousses peut être incorporée à des tisanes ou des desserts. Les branches de sapin peuvent même t’aider si jamais tu dois te construire un abri de fortune pour passer la nuit en forêt. Comme les aiguilles poussent de chaque côté du rameau (la p’tite branche), tu peux étaler les branches par terre et t’en servir comme isolant pour te coucher dessus. Les épinettes pourraient aussi faire l’affaire, mais ça piquera un peu plus puisque les aiguilles poussent tout autour du rameau. Moins agréable pour le fessier. 

Comme beaucoup d’arbres, les sapins baumiers sont aussi victimes de maladies ou d’insectes ravageurs. Plusieurs chenilles, coléoptères ou champignons peuvent s’attaquer au sapin baumier. Quoi faire pour aider cet arbre magnifique à survivre à ses envahisseurs? Favoriser le maintien de la biodiversité, dont la diversité des espèces d’arbres un peu partout. Comme ça prend 14 ans pour produire un sapin de taille standard, tu peux aussi y penser avant d’acheter un sapin naturel pour mettre dans ton salon. Pourquoi ne pas voir dans ton entourage si quelqu’un n’a pas un sapin artificiel de trop? Plusieurs avantages ici: réduction des achats, réutilisation des objets (diminution de ton empreinte écologique) et partage! Penses-y!

Sources images : Homer Edward Price, Pixabay

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Le cycle des roches
    « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », suggérait Lavoisier. Et c’est aussi bon pour les roches! Bien qu’un caillou […]
  • L’ABC des tornades
    En 1939, la maison de Dorothée est emportée par une tornade, jusqu’à Oz. Helen Hunt, en 1996 dans le classique […]
  • Le lapin du Québec
    Visualise 5 cm d’oreilles paraboliques capables de détecter les moindres sons et leur direction. On ajoute des pattes qui font […]