Mangeoires, sous conditions

Question du public: Est-ce que c’est correct de mettre des mangeoires d’oiseaux?

Ma soeur me texte hier après-midi : «SOS!! J’ai une urgence nature!»
Elle me raconte qu’un cardinal rouge vient de foncer dans sa fenêtre de salon, feinté par le reflet, en voulant atterrir sur sa nouvelle mangeoire. Le cardinal est couché par terre. Il respire, mais il a pas l’air fort fort.

Sittelle à poitrine blanche

Sittelle à poitrine blanche

 

Ma soeur, qui voulait bien faire en nourrissant les oiseaux de son quartier, se demande si c’est correct de mettre une mangeoire… Oui, c’est correct. Une mangeoire, ça permet effectivement de nourrir une bonne grappe d’oiseaux pendant la saison froide : les sizerins flammés, les mésanges à tête noire, les geais bleus, les étourneaux, les moineaux domestiques, les sittelles, les merles, et je pourrais continuer longtemps encore. En les attirant dans sa cour, on peut aussi profiter de leur cuteness. On peut même noter nos observations, participer aux suivis des populations et à la science citoyenne.

Par contre, le débat est réel parce qu’en nourrissant certains oiseaux, on peut nuire à leur cycle migratoire (en leur donnant une bonne raison de ne pas partir pour le sud), en les habituant à la présence des humains ou en diminuant leur instinct de survie. Attention, il faut savoir que les oiseaux qui visitent les mangeoires, dans leur recherche de nourriture, procèdent par stations. Ça veut dire qu’ils exploitent plusieurs zones pour trouver des ressources et que les mangeoires sont seulement une parmi tant d’autres.* Ils ont donc un bon carnet d’adresses à visiter qui leur procurent une variété de bons petits lunchs.  

 

Mésange à tête noire

Mésange à tête noire

Les mangeoires, c’est correct, mais sous certaines conditions.

  • L’installation d’une mangeoire, c’est beaucoup plus que de mettre des graines dans une assiette. Si tu décides de t’y mettre, ça sera pas bien long que des oiseaux vont compter sur toi. Parce qu’ils sont fidèles à leur stations de nourrissage, il faut leur assurer une certaine constance. Il faut s’assurer que la mangeoire soit toujours bien remplie et que les grains sont secs (les oiseaux trippent pas sur le gruau…).
  • Il faut aussi garder les mangeoires propres, spécialement si elle attire beaucoup de traffic : éviter l’humidité, les fientes d’oiseaux, les allers et venus des mammifères, qui peuvent tous causer des maladies.
  • Il faut aussi s’occuper de ce qu’il y a autour de la mangeoire, pas juste ce qu’il y a dedans. Si ta mangeoire est au milieu de ta cour, l’exposition aux prédateurs (buses, éperviers, chats domestiques…) est très grande. Il faut donc installer des cachettes pour les petits oiseaux: un buisson fera l’affaire.
  • Il faut éviter de se tenir près de la mangeoire. L’imprégnation humaine a un impact, même sur un petit oiseau. On te met en garde: si ta mangeoire attire le gibier, comme des dindes ou des gélinottes, c’est mieux de retirer la mangeoire. En période de chasse, ces oiseaux pourraient être désavantagés s’ils sont habitués de voir des humains.  
  • Il faut placer la mangeoire à plusieurs mètres d’une fenêtre. Le reflet peut être trompeur, voir fatal, pour un oiseau affamé! True story.

 

Cinq minutes plus tard, ma soeur me texte : «Ok. Il a sauté sur la clôture, il a l’air mieux.» «Donne-lui encore quelques minutes, ça devrait aller.» Bonne nouvelle, la cardinal a finalement retrouvé son mojo et ma soeur a réinstallé sa mangeoire plus loin de la maison. Je lui ai proposé de mettre aussi de l’eau quand la température le permet (parce que les oiseaux aussi ont soif) et une petite assiette avec de la terre ou du petit gravier**. (Pour encore plus d’informations, je lui ai dis de lire ceci.)

Les mangeoires, c’est ok, mais le best pour aider les oiseaux, c’est de planter des arbres à petits fruits indigènes qui les attireront (naturellement) toute l’année. T’auras même peut-être un petit nid à observer au printemps!

Cardinal rouge

Cardinal rouge, avec du mojo

 

 

*En comparaison, plusieurs oiseaux aquatiques (comme la bernache du Canada) exploitent une seule aire d’alimentation. Si cette station est affectée ou diminue en productivité ou même disparaît, les oiseaux qui l’utilisent devront trouver des alternatives et c’est jamais facile.

** Les oiseaux mangent des petits cailloux. Le gravier se retrouve dans leur gésier, un organe de digestion spécialisé des oiseaux. Ensuite, quand la nourriture arrive, les roches facilitent le brassage des aliments et l’émiettement des graines. Miam! Un caillou!

 

 

 

Source image : Pixabay