Symbole de féérie, les lucioles évoquent de lumineux souvenirs* à la tombée de la nuit. Toutefois, si on peut facilement se souvenir du flash lumineux qu’elles produisent dans la pénombre, il est plus difficile de se les représenter à la lumière du jour. Surnommée « mouche à feu », la luciole n’a rien d’une mouche (bien qu’elle soit un insecte). De plus, la lumière qu’elle produit se fait sans dégager de chaleur, contrairement au feu! 

La bioluminescence se produit dans l’extrémité de l’abdomen (2 ou 3 derniers segments) de l’insecte.

Elles sont variées! 

Cet insecte est plus précisément un coléoptère comme la coccinelle ou le hanneton. Le dessus de son abdomen est recouvert de deux élytres (des genres d’ailes durcies) qui, au repos, servent de protection! Il y aurait environ 2000 espèces de lucioles sur la planète, dont 150 se retrouveraient dans le nord de l’Amérique (au Canada et aux États-Unis). Au Québec, il y en aurait possiblement 8 ou 9 espèces**. 

Les lucioles sont donc un groupe d’insectes qui, bien qu’elles partagent de nombreuses similarités, offrent une belle diversité. Si on associe les lucioles à leur capacité de produire de la lumière (ou d’être bioluminescentes), il faut savoir que ce ne sont pas les adultes de toutes les espèces qui possèdent cette capacité. Toutefois la bioluminescence n’est pas réservée qu’aux adultes. Il y a des lucioles capables de faire de la lumière à tous les stades de leur développement, soit les stades d’œuf, de larve, de pupe et d’adulte. Au Québec, les espèces de lucioles incapables de faire le la lumière à leur stade adulte sont tout de même capable d’en faire lorsqu’elles sont une larve.  

Les adultes, comme vu ici sur le photo, et les larves sont souvent de couleur noire ou brune, avec des traits de teintes orangées et jaunes sur leur corps (de chaque côté ou seulement sur le thorax ou encore le long des élytres). 

À quoi ressemble leur vie? 

À l’été, les femelles pondent généralement leurs œufs au sol, dans un environnement humide, souvent à proximité de l’eau. Après environ un mois, les œufs éclosent et les larves qui en sortent vivront également au sol. Elles sont des prédatrices se nourrissant d’invertébrés comme des escargots et des limaces, mais aussi de vers ou d’insectes. Quand l’hiver arrive, les larves se réfugient sous terre, ce qu’elles feront 1 ou 2 fois, étant donné qu’elles passent 1 à 2 ans sous forme de larve. 

À la fin d’un printemps, les larves se creusent un abri dans le sol afin de compléter leur métamorphose. Les lucioles passeront environ 10 jours sous forme de pupe, avant d’émerger sous leur forme adulte, prêtes à se reproduire. Elles mourront la même année : les mâles après s’être reproduits avec une ou plusieurs femelles et les femelles après la ponte de leurs œufs, ce qui peut être très rapide ou peut prendre plus de temps, selon l’espèce***.  

Pourquoi cette lumière? 

Les signaux lumineux des lucioles permettent principalement aux mâles et aux femelles d’une même espèce de communiquer. Les adultes mâles voleront en émettant le clignotement caractéristique de leur espèce. Les femelles accrochées à la végétation répondront par le même clignotement si elles sont intéressées par le mâle à proximité. Ce dernier, lorsqu’il perçoit le signal de réponse d’une femelle, s’approchera en suivant la lumière afin de s’accoupler avec elle****. Chaque espèce aura donc son propre signal, la couleur et la vitesse du clignotement pouvant varier. 

Chez les œufs, les larves et les pupes, l’émission de lumière serait plus en réaction à un dérangement et non pas dans le but de communiquer avec des semblables. Beaucoup d’espèces de lucioles produisent des toxines pour se protéger de leurs prédateurs, qui sont les amphibiens et les oiseaux. La bioluminescence chez les lucioles pourrait donc avoir plutôt comme fonction initiale de prévenir les prédateurs de leur toxicité. 

Une larve de luciole

Faits impressionnants en rafale 
  • Lorsque des grenouilles réussissent à se nourrir de lucioles, il peut arriver que l’insecte continue à émettre de la lumière, même une fois avalé par celles-ci. Plusieurs personnes ont filmé ce phénomène où l’on voit des flashs lumineux provenir de l’intérieur du corps d’une grenouille! Amuse-toi à rechercher ça sur Youtube
  • Les femelles lucioles appartenant au genre Photuris sont capables d’imiter les signaux lumineux de d’autres espèces de lucioles afin d’attirer les mâles de ces autres espèces dans le but de les manger. 
  • Les lucioles sont responsables de phénomènes de bioluminescence synchronisée dans deux régions du monde (en Asie du sud-est et au Great Smoky Mountains National Park des États-Unis), c’est-à-dire que les individus d’espèces vivant dans ces régions sont capables de clignoter simultanément. 

Ouvre donc l’oeil (surtout autour milieux boisés ou humides) pour admirer ces toutes petites bêtes aussi magnifiques que surprenantes et contemple la magie de la nature qui t’entoure! 


* Mes trois meilleurs souvenirs de lucioles sont au parc-nature du Bois-de-Liesse près de la maison Pitfield le soir du mariage de ma cousine, le long d’un sentier au pourtour du lac Morgan près de Rawdon lors d’une fin de semaine de pêche et sur le terrain du Camp le Manoir aux Éboulements lors d’une nuit de camping au camp de vacances GUEPE

** Le nombre d’espèces trouvées de lucioles pourrait changer selon de nouvelles découvertes ou en raison de l’impact de l’humain sur son environnement. 

*** Pour l’alimentation chez les lucioles adultes, c’est plus complexe et moins clair que pour les larves. Certaines ne mangeront pas du tout car elles se reproduisent immédiatement puis elles meurent. D’autres seront des prédatrices comme les larves et d’autres se nourriraient grâce aux plantes (de leur pollen ou de nectar). 

**** Chez plusieurs espèces, les femelles sont incapables de voler, parce que leurs ailes sont trop courtes ou qu’elles n’ont tout simplement pas d’ailes. Dans ce cas, il arrive que les femelles aient davantage l’apparence d’une larve que d’un adulte. Le terme « ver luisant », aussi utilisé pour désigner cet insecte, pourrait être inspiré de ces spécimens. 

Pour les curieux… 

Espace pour la vie (en français) 

Guide des insectes du Québec (en français) 

ThoughtCo (en anglais) 

Par : Philippe, éducateur-naturaliste senior

Sources image : Wiki, Katja Schulz, Katja Schulz

NOS DERNIERS ARTICLES

  • La fossilisation
    Un fossile, c’est quoi? Tu penses peut-être à un squelette de diplodocus au milieu du désert au Colorado, à une fourmi dans l’ambre ou encore à ton vieux voisin qui […]
  • Les volcans
    Brrrrrr… Il fait froid! Alors pour contrebalancer, aujourd’hui, on te parle de quelque chose de chaud, même bouillant! Quelque chose qui peut atteindre 1 200°C! (Ce n’est pas pour rien […]
  • Le sol : un monde méconnu
    Qui se douterait qu’en dessous de nos pieds se trouve un monde méconnu qui fourmille de vie? Qu’en prenant le temps d’observer et d’apprendre à connaitre le sol, on […]
  • Coexister gentiment
    Partout où on va, on change le paysage autour de nous. Il ne faut cependant pas oublier qu’on partage cet espace avec les quelques 8,7 millions* d’espèces qui habitent sur Terre. Entre humains, on arrive (généralement) […]
  • Le parasitisme
    J’espère que ton costume est prêt parce que l’Halloween c’est bientôt! Pour te mettre déjà dans l’ambiance on t’a concocté un thème bien spooky! On l’a déjà vu : quand deux espèces différentes interagissent entre […]