À mi-chemin entre un lieu d’alimentation, de circulation et de découverte, le fleuve Saint-Laurent rythme la vie des Québécois depuis des centaines d’années. Qu’il nous ait inspiré quelques vers poétiques, des terreurs lors des jours de tempêtes ou qu’il ait nourri notre âme le temps de vacances improvisées, le fleuve aura marqué notre imaginaire. On te présente aujourd’hui son estuaire.

 

 

Une zone de transition 

Entre Pointe du Lac et Pointe-des-Monts (un village aujourd’hui inhabité dans la municipalité de Baie-Trinité) se trouve l’estuaire du fleuve Saint-Laurent qui s’écoule sur plus de 250 km. C’est l’un des plus grands et profonds estuaires au monde! Un estuaire, c’est la portion d’un fleuve où l’on peut sentir les effets de la mer ou de l’océan dans lequel il se jette. En l’occurrence, le fleuve Saint-Laurent se jette dans l’océan Atlantique et subit l’influence des marées et de l’eau salée.  

Ben oui! L’eau salée de l’océan et l’eau douce provenant du bassin versant et des Grands Lacs se rencontrent et se mélangent. Les marées commencent également à se faire sentir. L’estuaire peut être décomposé en trois parties : l’estuaire fluvial, l’estuaire moyen et l’estuaire maritime.  

 

 

L’estuaire fluvial : des marées d’eau douce 

Dans l’estuaire fluvial, tu peux observer des marées de petites amplitudes, mais l’eau est encore douce. L’eau salée est d’une densité plus élevée que l’eau douce. Cela signifie que pour un même volume, l’eau salée est plus lourde que l’eau douce. Elle refoule donc cette dernière à l’intérieur des terres.  

 

 

Un peu plus salé dans l’estuaire moyen 

Après l’Île d’Orléans, c’est le début de l’estuaire moyen et la salinité commence à augmenter graduellement en allant vers l’aval et en fonction des marées, passant de 5 à 25-30 %. Une eau pas totalement salée, on appelle ça une eau saumâtre.  

L’estuaire dans les couleurs du matin, vu à partir de La Malbaie

 

 

L’estuaire maritime : un vrai buffet 

À la hauteur de Tadoussac, les eaux salées sont présentes en profondeur. Provenant de l’Atlantique elles arrivent entrainées par le courant de Gaspé et les marées, mais la profondeur du fleuve à cet endroit passe d’un coup de 300 m à moins de 100 m de profond. Les eaux fraîches, salées et profondes se mélangent donc aux eaux de surface tempérées et moins salées grâce au courant et à la forme du fond qui pousse les eaux profondes vers le haut.

Le phare du Haut-Fond-Prince, surnommé la Toupie à cause de sa forme, est situé sur le haut fond en face de Tadoussac. Il sert à avertir les navigateurs du danger.

 

 

Ce mélange apporte d’importantes quantités de nutriments provenant de l’océan à la vie marine et favorise la présence des mammifères marins qui viennent s’y nourrir. Leurs proies se trouvent souvent concentrées autour de cet endroit parce qu’elles s’y font amener par le courant et qu’elles sont freinées par la dénivellation du fond qui fait comme un mur. L’été, les rorquals viennent pour se nourrir de krill et de capelan, leur nourriture favorite. Les bélugas, pour leur part, sont les habitants permanents de l’estuaire.  

Mais il n’y a pas que les baleines qui profitent de cette abondance! Plusieurs oiseaux marin comme le goéland marin, le cormoran à aigrette ou encore le petit pingouin profitent de toute cette nourriture. En tout, plus de 2200 espèces peuplent la région du Parc marin Saguenay-St-Laurent, et plus de la moitié sont des invertébrés. Étoile de mer polaire, oursin vert et anémone rouge du nord peuplent les fonds sous-marins

Un magnifique petit pingouin dans son tuxedo

 

 

En bref, l’estuaire est un endroit de transition entre le fleuve et l’océan. La salinité, les marées et les espèces marines apparaissent plus ou moins progressivement entre une extrémité et l’autre. C’est un endroit unique riche en biodiversité.

Si tu cherches à en connaître plus sur le fleuve Saint-Laurent, son histoire et ses richesses, on te suggère le film Le fleuve aux grandes eaux réalisé par Frédéric Back. Indémodable et somptueux. Sinon, tu peux aussi aller découvrir cette merveille que nous avons au Québec par toi-même! Plusieurs endroits le long de l’estuaire sont des destinations vacances idéales. À découvrir prochainement sur Projet le Tour. 😉 

 

 

 

Par : Andréanne Forest, éducatrice-naturaliste senior et coordonnatrice des activités Charlevoix

Sources images : GUEPE, Matthieu Gauvain, Wiki, Pierre André

NOS DERNIERS ARTICLES

  • L’ozone
    À force de faire des recherches sur l’ozone, tu te rends compte que c’est un phénomène de plus en plus complexe. Finalement, sais-tu vraiment ce que c’est?  […]
  • Les feux de forêt : bons ou mauvais?
    Est-ce bon ou mauvais, un feu de forêt? Assurément, tu dois déjà t’être posé la question au moins une fois. Eh bien, voici la réponse que tu attendais […]
  • L’air, rien de moins
    Il nous entoure. On le respire souvent sans même y penser. C’est l’AIR : un élément non vivant essentiel dans la nature pour permettre la vie sur la terre ferme de notre planète. De plus, […]
  • La rainette faux-grillon : une petite grenouille à protéger
    Grenouille verte, ouaouaron, grenouille léopard, crapaud d’Amérique… Ce sont tous des amphibiens que tu as probablement déjà vus en te promenant près d’un marais ou d’un autre […]
  • Les espèces qui brillent
    Ce mois-ci, tout ce qui brille est décidément à l’honneur! On a parlé de la bioluminescence et des lucioles, mais connais-tu vraiment tout sur les espèces qui brillent? Cet article te feras faire un […]