On voudrait essayer quelque chose. Prends une petite pause et pense à ce que la nature représente pour toi. Qui a visualisé des montagnes immenses ou le mystérieux fond marin? Qui a vu des bébés lapins sautiller dans un grand champ? Oui. C’est vrai que c’est ça la nature, mais c’est aussi la raison pour laquelle tu existes. Sans la nature, on ne pourrait pas manger, on ne pourrait pas se transporter comme on le fait. Sans la nature, on ne pourrait pas respirer. On n’existerait pas. Les avantages et les bienfaits qu’on tire de la nature, comme le fait d’avoir de la nourriture ou de l’air respirable, on appelle ça des services écosystémiques. Les sociétés retirent des bénéfices notables des processus naturels et c’est de ça dont on veut te parler.


Myosotis pollinisées dans toute leur splendeur


On t’a déjà parlé de l’importance de la diversité des fonctions écologiques dans les écosystèmes. Ces fonctions naturelles, ce sont des processus écologiques et ce sont eux qui créent les services écosystémiques dont on profite. On te donne ici comme exemple le développement d’un système racinaire comme étant la fonction écologique. Les arbres ont des racines pour puiser des nutriments ce qui leur permet par le fait même de retenir le sol en place. Ça, c’est leur fonction. Le service rendu, c’est la réduction de l’érosion du sol par la présence des racines.


Pour être sûr que tu aies bien fait la différence entre fonction et service, on te donne un autre exemple : la pollinisation. La fonction des insectes pollinisateurs, c’est de se rendre dans les fleurs, récolter le pollen ou le nectar pour leur consommation, puis de se rendre dans une autre fleur et recommencer. En même temps, ces insectes participent à la pollinisation et donc à la reproduction des fleurs visitées. Le service rendu ici, c’est que les plantes fécondées vont produire un fruit, qu’on pourra éventuellement consommer et du même coup, ça favorise la biodiversité!


L’eau et les plantes


Les bonnes actions des écosystèmes

Il existe plusieurs types de services écosystémiques. Ces bonnes actions sont toutes liées à des processus écologiques précis dont le résultat est essentiel à notre survie. D’abord, il y a les services de soutien qui assurent le fonctionnement à grande échelle des écosystèmes et qui sont nécessaires à la production des autres services. On parle du cycle de l’eau* et de la production d’oxygène. La production de biomasse (mot​ fancy​ pour dire « choses vivantes ») et la décomposition de cette matière par les animaux ou les champignons, ce qui représente le cycle de la matière (et la productivité primaire**), sont aussi inclus dans les services de soutien. On inclut ici aussi le ​cycle du carbone*** dont sa séquestration naturelle dans le bois, les sols, les grandes étendues d’eau et le sous-sol. Oui, oui. On y pense pas, mais c’est essentiel. 

En plus des services de soutien, dans l’écosystème lui-même et pour assurer son fonctionnement local, on peut identifier des services de régulation. C’est ici qu’on classe des processus comme la pollinisation, ​la filtration naturelle de l’air et de l’eau, la régulation du climat, ​des inondations, des sécheresses, de l’érosion… la liste est longue!

Les services d’approvisionnement représentent les produits tangibles qu’on retire de la nature. C’est le type de service le plus facile à comprendre. La nourriture, les combustibles, les matériaux, les textiles représentent ces biens, tout comme la très sous-estimée eau douce.

Et finalement, il existe aussi les ​services socioculturels. Il représente le bien-être qu’on tire de la nature, de ses paysages, de son immensité. Toutes les activités récréatives, les loisirs, les apprentissages qui sont relatifs à la nature entrent dans cette catégorie de services.


Le bois de chauffage, un service parmi tant d’autres


Les bonnes actions de la nature sont nombreuses et totalement inconscientes: aucune de ces nombreuses B.A. n’est préméditée. Aucune abeille ne pense à toi en pollinisant une fleur. Les arbres n’ont pas de petite pensée pour les animaux quand ils produisent de l’oxygène. Et on a jamais entendu parlé d’un ver de terre qui décompose la matière pour le bien-être des humains.​ Nop.​ Ces services se font naturellement, pas expressément pour nous, mais on en profite. Le concept de services écologiques a été mis en place pour sensibiliser les gens à l’importance de conserver les écosystèmes en santé pour continuer d’en profiter, pour qu’ils voient plus clairement les bienfaits de la nature. Et c’était une excellente idée. On devrait définitivement passer plus de temps à être reconnaissants et essayer d’en profiter d’une manière responsable!



* On y reviendra à ce cycle.

** La productivité primaire d’un écosystème, c’est sa capacité à créer (générer) des organismes qui produisent eux-même leur nourriture (comme des plantes) et qui seront mangés par les consommateurs primaires qui profitent alors de l’énergie accumulée. Plus il y a de plantes, plus il y a d’animaux pour les manger!

*** Un autre cycle sur lequel on reviendra. Promis.




Ce projet a été rendu possible grâce à la contribution de la Fondation de la Faune du Québec et au soutien financier d’Hydro-Québec.

Source images : Pixabay, Pixabay, Jeremy Kyejo

NOS DERNIERS ARTICLES