D’abord, est-ce que tous les oiseaux construisent des nids? Non. Lorsque l’engoulevent bois-pourri niche, par exemple, la femelle pond deux p’tit oeufs directement au sol, sur une épaisse couche de litière forestière (a.k.a. la couche de feuilles mortes et d’aiguilles au sol, généralement un peu molle). La petite nyctale et le canard branchu ne construisent pas non plus de nid. Ces deux espèces utilisent plutôt des cavités (naturelles ou creusées par les pics bois) dans les arbres pour nicher.


Le giga nid du pygargue à tête blanche


Maintenant, parmi les espèces d’oiseaux qui construisent des nids, y en a-t-il qui réutilisent le même plus d’une année? Oui, il y a certaines espèces de très gros oiseaux (comme les pygargues à tête blanche, les grands hérons et les grandes aigrettes) qui construisent des nids avec des giga branches, assez solides pour résister aux aléas de la météo. 


Qu’en est-il des petits oiseaux? La plupart retournent aux mêmes sites de nidification instinctivement tous les ans. Les matériaux qu’ils utilisent pour la construction de leur nid (brindilles, petites branches, herbe, mousse, toiles d’araignée, lichen, plumes) n’auront probablement pas tenu le coup pendant 12 mois et ils vont devoir recommencer à zéro. C’est le cas, par exemple, pour le nid suspendu de l’oriole de Baltimore et celui duveteux de la paruline jaune

Certaines espèces, comme le merle d’Amérique, peuvent avoir plus d’une couvée par saison de nidification. Dans un tel cas, l’oiseau reconstruit un nouveau nid pour chaque couvée. Pour ne pas perdre de temps, il recycle les matériaux déjà utilisés. 


Un gros merle dans son nid



Le nid est essentiel pour couver les oeufs et élever les petits. C’est souvent un travail complexe de tissage ou de maçonnerie qui demande beaucoup d’énergie aux futurs parents. Pourtant ce n’est pas rare d’observer des nids en parfaite condition et aucun couple dans les parages. Pourquoi abandonner un nid? Il y a plusieurs hypothèses. L’une veut que le nid devient avec le temps trop dangereux puisque des prédateurs peuvent le localiser.* Toujours retourner au même endroit, et ce pendant plusieurs mois, quand on est gros comme un pouce, c’est pas super prudent. On suppose que certains nids peuvent aussi devenir des pouponnières à parasites. Une autre excellente raison de plier bagages. 



*Il arrive même que des parents oiseaux abandonnent leur nid et leurs oeufs s’ils sentent qu’il y a trop de dangers. Il n’est pas tellement avantageux pour un oiseau d’investir du temps et de l’énergie, ainsi que de risquer sa vie, pour élever des petits sous une grande pression de prédation. L’évolution fait en sorte que les animaux adoptent des comportements qui maximisent leurs chances d’élever des petits en assurant leur survie jusqu’à leur maturité. On appelle ça le succès reproducteur




Source images : Pixabay, Anne F. Préaux

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Spécial Fungi
    On t’as déjà expliqué que les champignons sont bien différents des plantes : ils ne […]
  • Le chant de la cigale
    On te propose de terminer le mois d’août en profitant des dernières chaleurs de l’été […]
  • Les insectes, les pros de la vie en groupe
    Dans la nature sauvage, la vie en groupe a plusieurs avantages qu’on connaît déjà. Ça […]