Les montagnes ou la grosse game d’autos-tamponneuses

Tu le sais surement pas, mais chaque année, le 11 décembre, on souligne l’immensité de l’Himalaya, les glorieuses Rockies et le très fancy Mont St-Hilaire! En cette Journée nationale des montagnes, on répond à la question qui est sur toutes les lèvres : comment ça se fait qu’il y a des montagnes?

La science définit une montagne comme une dénivellation dans la topographie d’un lieu, généralement avec des grosses pentes et un sommet, mais malheureusement, personne ne s’entend sur une échelle de grandeur. Certains disent plus de 300 m, d’autres 500 et d’autres bien plus encore. Entre nous, on peut dire que si un tas de roches est assez gros pour qu’on lui donne un nom, on peut considérer ça comme une montagne. Comment un tas de roches devient-il assez gros pour lui donner un nom? C’est ici que commence l’orogenèse (ou le fascinant monde de la formation des montagnes)!

Teton Range, une sous-chaîne des Rocheuses

Teton Range, une sous-chaîne des Rocheuses

La croûte de la Terre, celle qui est directement en dessous de tes pieds, est divisée en immenses morceaux (immenses comme dans l’Amérique du Nord, Mexique inclus + un chunk du Pacifique + pointe Est de la Sibérie, par exemple) qui surfent sur le manteau terrestre*. On appelle ça la tectonique des plaques (ne pas confondre avec la danse électro où les bras “moulinent”…). Ces mouvements initient des zones d’activité géologique élevée à la frontière des plaques** et c’est là qu’on voit généralement apparaître les montagnes. Pas de panique, ces mouvements sont tellement lents qu’ils ne sont pas perceptibles (ou du moins, la plupart du temps): on parle de 2 à 5 cm par année environ.

Ce qui nous intéresse ici, ce sont les zones de convergence, où deux plaques se rapprochent. Si deux plaques continentales ou deux plaques océaniques, entrent en collision, elles vont s’écraser l’une contre l’autre et créer un gros tas de croûte terrestre. Boom! On a une montagne. C’est ce qui s’est passé, il y a 50 millions d’années, quand la formation de l’Himalaya a commencé.

Si deux plaques de différentes natures, par exemple une plaque continentale et une plaque océanique, entrent en contact, comme leur densité est différente, une des deux glissera sous l’autre et on verra naître une chaîne de montagnes. Le meilleur exemple de formation géologique par subduction (c’est le nom compliqué de ce phénomène) c’est la ceinture de feu (The Ring OF FIREEEE!!) qui se trouve autour du Pacifique, auquel appartient les Rocheuses et les Andes. Ce type de formation créent une forte activité volcanique, c’est pourquoi on trouve beaucoup de volcans dans l’ouest des États-Unis (Mount St. Helen, Mount Rainier, les geysers de Yellowstone, etc.).

Blue Ridge Mountains, dans les Appalaches

Blue Ridge Mountains, dans les Appalaches

Il arrive aussi qu’une plaque subissent tellement de pression qu’elle se plisse sur elle-même; les Pyrénées, sur la plaque eurasienne, sont un exemple de compression. Autrement, comme c’est le cas pour nos Montérégiennes, une plaque peut passer par-dessus un point chaud (un endroit où le flux de chaleur dans le manteau de la Terre est anormalement élevé) et il peut y avoir un débordement de magma qui crée une montagne (sans créer de volcan). Puis, comme les plaques sont en constant mouvement, un volcan peut s’éteindre s’il se déplace assez loin de son point chaud d’origine. Il meurt donc, mais le point chaud créera un nouveau volcan tout près, qui lui aussi se déplacera, et mourra et ainsi de suite. C’est le genre de phénomène qui peut créer un archipel volcanique comme Hawaii.

Les montagnes, c’est un peu comme si on pouvait admirer le gigatesque résultat des plaques tectoniques qui jouent aux auto-tamponneuses en slow-motion sur le manteau de la Terre. De magnifiques accidents!  

 

 

 

* En dessous de tes pieds, il y a 4 couches principales qui composent la structure de notre planète. La première est la croûte, que tu connais assez bien, qui est suivie du manteau terrestre, zone mi-visqueuse, mi-rigide. Le manteau est comprimé entre la croûte et le noyau externe, en fusion constante. Il entoure une boule solide, le core même de la Terre : le noyau interne. On reviendra sur ça.

**Il existe des zones de divergence où les plaques s’éloignent les unes des autres, ce qui crée des vides, ou des rifts, en géologie. Lorsque les plaques se rapprochent, elles créent des zones de convergence. Et si elles se déplacent parallèlement, on parle de zones transformantes.

 

 

Source images : Anne F. Préaux