C’est bien connu, en ville, il fait super chaud. Plusieurs facteurs anthropiques (ça, ça veut dire que c’est causé par les humains) sont en cause. Il existe une solution presque magique, tellement simple et tellement naturelle, qu’on pourrait presque ne pas y croire : les espaces verts. Nilson Zepeda, chargé de projet en environnement au Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE Montréal), nous parle des îlots de chaleur et de leur contrepartie : les îlots de fraîcheur.

La campagne Interventions locales en environnement et en aménagement urbain (ILEAU) du CRE Montréal est financée en partie par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC) du gouvernement du Québec. La campagne ILEAU compte une soixantaine de partenaires d’origines diverses (milieu de la recherche, groupes communautaires, OBNL, institutions, entreprises, groupes citoyens) qui illustrent la diversité des champs d’intervention.

T’as le goût de t’impliquer dans la lutte contre les îlots de chaleur? Reste à l’affût des activités organisées par le CRE Montréal et par ton éco-quartier.

Ce projet a été rendu possible grâce à la contribution de la Fondation de la Faune du Québec et au soutien financier d’Hydro-Québec.

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Ces intrigants lichens
    À peine arrivé(e) dans la forêt, tu te sens déjà bien. Les arbres de l’automne sont parés de […]
  • La mycorhize, une interdépendance
    D’abord, « myco » signifie champignon en ancien grec, et « rhize » vient de « rhiza » qui signifie racine. On peut donc en déduire que […]
  • Les interactions biologiques : une équation
    Un écosystème, c’est un grand réseau où l’on retrouve une multitude d’interactions entre les différentes composantes. Chez les vivants […]