À l’arrivée du printemps, durant tes premières promenades, t’as peut-être vu frétiller une petite queue rayée parmi les feuilles en décomposition. C’est normal! Ici comme dans la majorité des biomes, il y a des serpents qui se meuvent sur nos sols. Pas besoin de développer une phobie à la Indiana Jones, contrairement à lui tu ne risques pas grand-chose si tu tombes face à un serpent au Québec (pas besoin de les mettre en feu…). Hé oui, ici nos serpents sont tous inoffensifs*. Et d’ailleurs, tu ne croiseras en chemin que des couleuvres! 

Alors, t’es prêt.e? En prévision de la journée mondiale des serpents (le 16 juillet), on te fait découvrir ces créatures incomprises qui jonchent le sol de nos belles terres québécoises! 

 

 

 

La plus commune 

Je te parlais de tes premières ballades printanières : si t’as ouvert l’œil t’as surement croisé notre serpent le plus commun qui glissait entre les feuilles, la couleuvre rayée! C’est à elle qu’appartient la petite queue rayée frétillante. En général elle est nocturne, donc à part au printemps, où elle sort d’hibernation, ou par un heureux hasard, tu ne devrais pas l’observer facilement. 

Bien qu’elle ne soit pas venimeuse, elle peut libérer un musc nauséabond par le cloaque à l’approche d’un prédateur**, et si elle se sent menacée, elle peut s’enrouler sur elle-même, se gonfler, aplatir son corps et n’hésite pas à mordre. Alors, mieux vaut ne pas l’embêter non plus! 

 

 

Celles que tu pourrais croiser, on ne sait jamais! 

Hormis la couleuvre rayée, on retrouve ici quatre espèces de couleuvres dans la famille des Natricidés, dont la couleuvre mince, la couleuvre d’eau, la couleuvre à ventre rouge et la couleuvre brune

Ce qui est cool avec ces quatre espèces, et qu’elles ont en commun avec la couleuvre rayée, c’est qu’elles sont ovovivipares! « Ça veut dire quoi? », tu me diras. Ces espèces ne pondent pas d’œufs, elles les incubent à l’intérieur de leur corps. Et donc, quand les petits naissent, la mère donne naissance directement à des mini-serpents. Entre 10 et 70 pour la couleuvre rayée! Ne cherche pas ça sur YouTube si t’es ophidiophobe***! 

 

 

La couleuvre d’eau est la plus différente des autres, pas par son apparence, même si elle est plus grosse, mais surtout parce qu’elle a un mode de vie aquatique. Si tu vois un serpent nager pendant que tu pagayes sur ton kayak, pas de doute, ça ne peut être qu’elle! Et on le répète, ne panique pas, elle ne pourra pas te faire de mal. On n’est pas dans le film Anaconda

 

 

 

Celles qu’il faut protéger 

Sur les huit espèces de couleuvre du Québec, six sont susceptibles d’être désignées comme menacées ou vulnérables. Si tu n’as jamais croisé de couleuvre verte, de couleuvre tachetée, de couleuvre à collier, ou celles nommées plus haut, c’est peut-être la raison. 

La couleuvre verte et la couleuvre tachetée font partie de la famille des Colubridés. Ce qui les différencie des autres couleuvres, c’est qu’elles pondent des œufs. Ah et pour l’anecdote, la couleuvre tachetée est la seule couleuvre du Québec qui est constricteur (finalement, on l’a notre anaconda). Elle est aussi ophiophage : elle se nourrit d’autres serpents! Pour ce qui est de la couleuvre à collier, elle est la seule représentante québécoise des Dipsadidés. Discrète, elle est tout de même redoutable pour ses proies, grâce à des enzymes salivaires qui les immobilisent, même les plus grosses! 

Toutes nos couleuvres québécoises ont un point commun. Elles sont malheureusement menacées par la destruction de leur habitat à cause de la construction. Même si on peut les croiser dans un champ ou en forêt, leur habitat préféré, c’est entre les deux : dans les milieux avec arbustes (les friches). Le problème, c’est que c’est là où les nouveaux projets de développement se font. Face à ça, des biologistes ont construits des « repères de couleuvres » dans des zones protégées. Si tu vas au parc-nature du Bois-de-Liesse ou à celui de la Pointe-aux-Prairies, tu marcheras peut-être proche d’un refuge similaire sans le savoir!  

Après cette lecture t’es motivé.e à protéger ces créatures sans pattes? Le 16 juillet prochain, pour la journée mondiale du serpent, n’hésites pas à parler de ce que t’as appris ici et à sensibiliser ton entourage! 

 

 

 


* Si elle se sent agressée quand tu la croises, une couleuvre peut essayer de te mordre, mais elle n’a pas de venin! 

** C’est un mécanisme de défense commun à toutes les couleuvres.

*** Les phobiques des serpents se reconnaitront.

 

 

Par : Julie, éducatrice-naturaliste senior

Sources images : Lucas Vogel, Peter Paplanus

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Ces intrigants lichens
    À peine arrivé(e) dans la forêt, tu te sens déjà bien. Les arbres de l’automne sont parés de leurs plus belles couleurs et les feuilles commencent à tomber par terre […]
  • La mycorhize, une interdépendance
    D’abord, « myco » signifie champignon en ancien grec, et « rhize » vient de « rhiza » qui signifie racine. On peut donc en déduire que la mycorhize, c’est la relation étroite qu’entretiennent les champignons et les plantes! Ces […]
  • Les interactions biologiques : une équation
    Un écosystème, c’est un grand réseau où l’on retrouve une multitude d’interactions entre les différentes composantes. Chez les vivants (on met donc de côté les éléments abiotiques comme l’eau et le […]
  • Les mystères du cachalot
    Animé par un esprit de vengeance, le capitaine Achab pourchassait le célèbre cachalot blanc Moby-Dick dans le roman de Herman Melville. Inspiré par les récits des chasseurs de baleines, […]
  • L’ozone
    À force de faire des recherches sur l’ozone, tu te rends compte que c’est un phénomène de plus en plus complexe. Finalement, sais-tu vraiment ce que c’est?  Tu te […]