On te parlais, il y a quelques temps, de nos petits amis pas mal habiles, les ratons laveurs. Ils sont assez spéciaux avec leur pelage très caractéristique qui ne ressemble pas à beaucoup d’autres mammifères. Et pourtant, en Amérique, il existe quelques autres espèces dans la famille des procyonidés. #classification D’abord au Canada, dans cette famille, le raton laveur (ou raton laveur commun) est unique. Ses cousins viennent plutôt du sud des États-Unis, du Mexique et de l’Amérique du Sud. Ce sont pour la plupart des petites bêtes arboricoles, donc, qui vivent dans les arbres.


Le raton laveur de la Guadeloupe

Même shape, même masque, mais une queue uniforme, le raton laveur de la Guadeloupe ressemble pas mal au raton laveur québécois. Il est même l’emblème du parc national là-bas, de par sa uniqueness… mais l’est-il vraiment? Selon une étude de son ADN, le raton laveur de la Guadeloupe serait TRÈS proche du raton laveur commun qu’on connaît dans l’est de l’Amérique. Il aurait été introduit là-bas, comme le raton laveur en Europe. Il est donc classé officiellement comme une sous-espèce du raton laveur commun, car il possède quand même quelques différences.


Les coatis

Un autre procyonidé assez connu au sud est le coati. Un genre de raton laveur plus slim, avec le nez très allongé et la queue rayée. Un animal plutôt diurne, le coati est le plus vocal des procyonidés avec une structure sociale imposante. Les coatis se promènent en gang, les femelles avec les petits, et restent toujours en contact par des cris lorsque le groupe est moins serré. Les mâles sont plutôt solitaires, comme chez beaucoup d’animaux. Parmis les procyonidés, cette façon de communiquer est assez unique aux coatis et c’est ben rare de voir une famille de ratons laveurs crier pour garder le contact dans un parc urbain… Les coatis le font pour être certains que chaque individu sache où sont les autres en tout temps. Pendant la saison de reproduction, tout le monde est plus chill afin de maximiser les chances de se reproduire pour assurer la survie des gènes. Il reste que les femelles dominent quand même et ont toujours le dessus sur les mâles. #girlpower


Les olingos et les kinkajous

Un olingo, tout à fait arboricole

Deux genres qui se ressemblent: les olingos et les kinkajous. Ce sont des animaux qu’on pourrait confondre avec des lémuriens : arboricoles, vivant très haut dans la canopée des arbres, queue rayée, et préhensile (pour le kinkajou)… Si ces espèces se trouvaient sur le même continent, on comprendrait les gens de les confondres. Pourtant, les lémurs sont des primates, ils sont donc plus TES cousins que ceux des ratons!




Sources images : Wiki, Helgen K et autres

NOS DERNIERS ARTICLES