Le Soleil brille, aucun nuage en vue, il fait chaud. Tu rentres à la maison après de ton plogging matinal, et en traversant l’îlot de chaleur qu’est le stationnement de l’épicerie, tu sens que ta moustache dégouline. Une perle d’eau descend dans ton cou et tu peux imaginer que ce qui se passe sous tes bras ressemble à ce qui se passe sur le Maid of the Mist à Niagara


Suer (ou le phénomène de la sudation) pourrait être défini comme la production et l’évacuation par les pores de la peau de la sueur, un liquide biologique salé produit par les glandes sudoripares. Dans notre vie quotidienne, ça se traduit par des wet-spots sous les bras et une sensation swampy dans tes bas. Un cauchemar pour certains, une extension de leur personnalité pour d’autres. Mais pour tous les humains, la sudation permet de réguler la température de notre corps en évaporant la sueur.* 

La question qui se posent, sachant que suer c’est méga important pour les humains pour pas tomber dans les pommes quand il fait chaud, est-ce que les autres animaux transpirent comme nous? 

As-tu-chaud?

Les mammifères suants

Les humains sont des mammifères (on fait juste te le rappeler au cas où tu aurais oublié) et comme nous, la plupart des autres bêtes à poils ont des glandes sudoripares**. Mais contrairement à nous, les autres mammifères en ont pas mal moins (sauf peut-être les autres primates et les chevaux). Ils suent donc, mais beaucoup moins que nous. C’est pourquoi il n’y a pas de wet-spots sur le petit onzie de ton pug

Plutôt que de devenir suintant pour réguler leur température corporelle, les mammifères ont d’autres techniques. Les canidés (la famille des renards, coyotes, chiens, etc.) et les ratons laveurs halètent. Ça permet d’expulser de l’air chaud de leur bouche et d’évaporer de l’eau de leur langue. Les hippos et les cochons se roulent dans la bouette pour se rafraîchir. Quand l’eau contenue dans la boue s’évapore, elle emporte avec elle de la chaleur. Clever!

Les oreilles des lièvres et des écureuils (et de bien d’autres mammifères) sont traversées de plein de vaisseaux sanguins (on dit qu’elles sont très vascularisées). Lorsque le sang y circule, il dissipe sa chaleur à travers la parois mince de la peau. C’est un avantage d’avoir des parties du corps avec un peu moins de poil. En plus, les mammifères muent au printemps et leur poil d’été, plus léger, est très efficaces pour conserver l’air frais (contrairement à leur fourrure d’hiver qui conserve la chaleur).  

Si rien de tout ça fonctionne pour éviter les coups de chaleur, pour abaisser leur température, les mammifères vont se trouver un endroit frais, à l’ombre et ils vont prendre une pause, un peu comme nous. 

L’heure du bain

Les autres animaux

Bien qu’ils ne soient pas couverts de poil, les autres animaux aussi souffrent parfois de la chaleur. Les oiseaux, qui n’ont pas de glandes sudoripares doivent trouver refuge à l’ombre de la canopé, très haut dans les arbres pour profiter du vent, ou encore se tremper les pattes dans les flaques d’eau. Comme elles ne sont pas couvertes de plumes isolantes, les pattes des oiseaux évacuent beaucoup de chaleur. Et si c’est insuffisant, pourquoi pas s’ébouriffer les plumes dans l’eau pour laisser les gouttes se rendre jusqu’à leur peau?

Les animaux à sang froid, comme les tortues, les serpents, les amphibiens et les insectes ne suent pas. Ils sont dépendants du milieu ambiant pour  réguler leur température corporelle. Alors quand il fait méga chaud, pour éviter un trop plein de chaleur, ces animaux recherchent l’ombre, l’eau ou encore des cachettes souterraines. 

Chez les plantes

Et oui! Les plantes transpirent. Évidemment, elles n’ont pas de glandes sudoripares, mais elles peuvent évacuer de l’eau par leurs feuilles et ce phénomène a pour fonction, entre autre, de rafraîchir la plante! Ce mouvement de l’eau de l’intérieur de la plante vers l’extérieur influence le mouvement de la sève dans les vaisseaux des végétaux. En expulsant la vapeur d’eau, cela crée une tension qui permet à la sève brute de monter dans la tige ou le tronc de la plante, vers les feuilles. Avec la vapeur d’eau, d’autres gaz peuvent aussi être expulsés, certains qui permettent entre autre aux plantes de communiquer entre elles. Oui, oui! On est pas devenu fous, on t’explique tout ça ici. Et toute cette eau, crée l’évapotranspiration qui fait partie intégrante du cycle de l’eau dans plusieurs régions du monde où on trouve beaucoup de plantes, comme en Amazonie.  

Alors, la prochaine fois qu’une goutte glisse le long de ton visage parce que tu sues ta vie, tu pourras avoir une pensée pour tous les autres êtres vivants de la planète, qui comme ton corps, doivent supporter la chaleur d’une manière ou d’une autre. Encore une fois, bien qu’on ne se ressemble pas, animaux (des insectes aux bisons, en passant par les corneilles et les tortues) et végétaux, aussi petits soient-ils, on vit souvent les mêmes struggles!


* Il pourrait y avoir d’autres fonctions biologiques reliées à la sudation, comme, par exemple, l’abaissement du taux d’adrénaline dans le corps, mais c’est pas tout à fait certain. 

** Certains mammifères comme les baleines ont très peu (ou pas) de glandes sudoripares puisque leur milieu de vie, l’eau, et leurs autres adaptations corporelles leur permettent de maintenir une température corporelle adéquate, la plupart du temps.

Sources images : Tambako The Jaguar, PxHere

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Le cycle des roches
    « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », suggérait Lavoisier. Et c’est aussi bon pour les roches! Bien qu’un caillou ait l’air relativement invariable, […]
  • L’ABC des tornades
    En 1939, la maison de Dorothée est emportée par une tornade, jusqu’à Oz. Helen Hunt, en 1996 dans le classique Twister, s’attache à une […]
  • Le lapin du Québec
    Visualise 5 cm d’oreilles paraboliques capables de détecter les moindres sons et leur direction. On ajoute des pattes qui font le tiers de la […]
  • Le cycle de l’eau
    On peut apercevoir de l’eau dans notre vie urbaine de tous les jours :  sous forme liquide, en ouvrant le robinet;  sous forme gazeuse, en observant la […]
  • Le harfang et le lemming : quand la grosse bête s’adapte à la petite
    Bien qu’il soit natif des terres polaires, il arrive qu’on retrouve le harfang des neiges, le beau hibou blanc, plus au sud du Canada. […]