« Comment fonctionne l’écholocation chez les animaux? »

La plupart des animaux utilisent leurs yeux pour étudier l’environnement qui les entoure, éviter les obstacles, trouver de la nourriture. La lumière naturelle, généralement celle du Soleil, frappe les objets et rebondit. Une partie de cette lumière entre dans leurs yeux et leur permet de voir, littéralement, ce qui existe autour d’eux. (C’est la même chose avec tes yeux.) Mais que ce passe-t-il quand il n’y a pas assez de lumière pour voir ce qui les entoure? 

Des animaux, la plupart nocturne, ont développé une technique qui, plutôt que d’utiliser la lumière pour déterminer l’emplacement des objets, utilise les sons réfléchis. Cet exploit de l’évolution permet aux animaux de se déplacer en toute confiance dans l’obscurité totale. C’est l’écholocation. 


Des chauves-souris qui « écholocalisent »…


Les meilleurs exemples « d’écholocateurs » (et probablement les plus connus) sont les chauves-souris. Ces petites créatures ont une excellente vision, mais est-ce bien utile quand vient le temps de chasser de petits insectes volant dans le noir? Pour y arriver, elles poussent des cris (des cliquetis) aigües, tellement que nous, les humains, on ne peut pas les entendre. Ce sont des ultrasons. Le son se déplace en vague dans l’air et lorsqu’il frappe un obstacle, il revient sur sa trajectoire. C’est ce retour du son, l’écho, que les chauves-souris utilisent pour se faire une image de leur environnement. Grâce à cette technique, elles peuvent détecter un insecte jusqu’à 5 m de distance, déterminer sa taille et sa dureté, et peuvent également éviter les obstacles aussi fins que les poils humains ou encore des objets en mouvement. 


Comment interpréter l’écho 

  • Vitesse de l’écho: Plus le son revient avec une grande vitesse, plus l’objet qu’il a frappé est proche; le son n’aura pas à parcourir une grande distance. 
  • Intensité de l’écho: L’intensité du son donne une indication sur la grosseur de l’objet: plus l’objet est gros, plus l’écho sera important. Si l’objet est très petit, une plus grande partie des ondes continuera son parcours, sans écho. Les chauves-souris peuvent même déterminer le mouvement (la direction de l’objet) selon les changements d’intensité de l’écho. Si l’objet bouge en direction de la chauve-souris, les échos seront de plus en plus puissants. C’est ce qu’on appelle l’effet Doppler. 
  • Direction du son : Si l’oreille droite de la chauve-souris capte l’écho avant l’oreille gauche, elle pourra déterminer que l’objet est plus à droite. 



Les autres?

Bien que les chauves-souris soient des expertes en écholocation, elles ne sont pas les seules à profiter de cette technique anti-noirceur, que ce soit pour naviguer, chasser, identifier d’autres espèces ou éviter les obstacles. 

Quelques oiseaux comme le guacharo des cavernes et le Salangane papoue, certaines musaraignes et le Tarsier des Philippines sont tous connus pour faire de écholocation. On ajoute à cette liste, les baleines à dents, comme les dauphins, les bélugas et les épaulards. Cette technique leur permet de voir, se déplacer et chasser (et peut-être communiquer) dans les eaux boueuses ou les sombres profondeurs de l’océan. C’est une bosse sur leur tête, le melon, qui leur permet de faire de l’écholocation (on y reviendra). 

L’Écholocation, c’est une adaptation méga cool est le résultat d’une grande chose qu’on appelle l’évolution. 
(ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧




Sources images : Pixabay, Pixabay

NOS DERNIERS ARTICLES