« J’ai vu un écureuil, y’était pas comme les autres, y’avait des lignes sur le dos… » Normal! Les tamias rayés sont des proches cousins des écureuils (ils font partis de la famille des sciuridés comme les marmottes et les écureuils volants) mais, ils sont une espèce à part entière et plusieurs choses les différencient. Aaaaah les p’tits suisses… 

Les tamias, c’est des p’tits vites! Tu les vois peut-être disparaître dans un trou lorsque tu en croises un! C’est qu’ils font leur nids dans le sol et en hiver, ils n’en sortent pas du tout*. Et comble du génie, ils ont une sortie de secours! Il y a donc toujours un autre trou pas très loin.

Contrairement aux écureuils, le nid des tamias rayés est souvent complexe. Certains tamias ont un terrier qui est un simple tunnel, mais souvent, les terriers des tamias sont comme des grands manoirs souterrains avec plusieurs couloirs et plusieurs chambres. Fun fact : les tamias rayés ont des garde-mangers. Même si le tamia rayé hiberne, il ne fait pas de réserve de graisse avant l’hiver. Il accumule sa nourriture dans son nid, dans un genre de garde-manger, une chambre à part de celle où il dormira.

Les tamias sont aussi un peu paresseux. Pas qu’ils dorment tout le temps, mais quand ils transportent leur nourriture, ils font ce qu’on pourrait appeler « des voyages de paresseux ». Ils s’y prennent de la même façon que quelqu’un qui habite au 3e étage et qui a fait une grosse épicerie et qui monte les escaliers avec 4 sacs dans chaque main et un entre les dents : il fait juste un voyage, mais un gros! Sauf que le tamia rayé mets pas ses trouvailles dans des sacs réutilisables, il mets les graines qu’il a récoltées dans ses abajoues qui s’étirent et s’étirent puis, il transporte tout ça jusqu’à son garde-manger, dans son nid.

Les tamias rayés sont un peu introvertis: ils évitent de croiser leurs voisins et vivent seuls. À moins d’être vraiment chanceux et de croiser une femelle avec ses petits ou un mâle qui courent après une femelle, on ne verra jamais de gang de tamias rayés. Quand ils se déplacent, c’est parce qu’ils sont en quête de nourriture la plupart du temps.

Donc, si tu croises un « écureuil roux mais pas comme les autres car il avait des lignes dessus », dis-toi que tu viens de croiser un tamia rayé en train de faire son épicerie!


* Les tamias rayés sont une des quelques espèces de mammifères du Québec à vraiment hiberner. Leur température corporelles baisses vraiment beaucoup et leur rythme cardiaque aussi.

Sources images: Pixabay, Pixabay

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Ces intrigants lichens
    À peine arrivé(e) dans la forêt, tu te sens déjà bien. Les arbres de l’automne sont parés de […]
  • La mycorhize, une interdépendance
    D’abord, « myco » signifie champignon en ancien grec, et « rhize » vient de « rhiza » qui signifie racine. On peut donc en déduire que […]
  • Les interactions biologiques : une équation
    Un écosystème, c’est un grand réseau où l’on retrouve une multitude d’interactions entre les différentes composantes. Chez les vivants […]