Un instant. Le précieux quoi? Le syrinx. C’est l’organe (l’indispensable) chez les oiseaux qui permet les vocalisations. Il a la même fonction que le larynx chez les autres vertébrés, mais il est constitué différemment et pas mal mieux adapté pour les prouesses vocales.

C’est une structure cartilagineuse au fond de la trachée qui vibre et produit des sons. Le syrinx possède deux cavités formées de membranes. Certaines espèces peuvent produire deux sons en même temps puisqu’elles peuvent commander les vibrations de chacune des cavités indépendamment. C’est le cas du cardinal rouge qui est capable de produire plus de notes que sur un clavier de piano en seulement 0,10 seconde. Et comme les membranes sont indépendantes, ces espèces peuvent respirer en même temps que de produire un son, ce qui leur permet de chanter plus longtemps. 



Le syrinx est plus ou moins complexe selon les espèces (certaines ne chantent pratiquement pas, comme les vautours) et selon les genres; habituellement, il est plus développé chez les mâles. Pour protéger son territoire (comme le vaillant carouge à épaulettes) ou pour séduire les femelles, les mâles font usage du chant de belles manières. Il peut aussi servir à signaler sa présence, en vol par exemple, avertir d’un danger ou appeler un rassemblement. Ou juste signifier son appartenance à un groupe, comme chez la corneille. Une mésange à tête noire houspille lorsqu’elle est face à un prédateur qui ne présente pas une menace imminente. Elle alerte ainsi les autres mésanges du possible danger (ou le prédateur qu’elle l’a vu). Les oiseaux possèdent des répertoires de chants, avec des sons et des cris associés à des situations spécifiques. Ces dialectes varient aussi selon les populations puisque chez certaines espèces les chants sont transmis de générations en générations. Ces oiseaux apprennent donc à mémoriser les chants, tandis que pour d’autres les répertoires sont innés. 


Comme le chant est d’une importance capitale (c’est une question de vie, de mort et de succès), les oiseaux y mettent beaucoup d’énergie. Le ménure superbe, un oiseau imitateur des forêts australiennes, produit un répertoire impressionnant (on dit que c’est LE plus importante), de chants et de cris. Il reproduit les sons des autres oiseau (et même des sons random) avec précision. Une telle prouesse demandera beaucoup d’énergie, mais épatera probablement les femelles….


Plus près de nous, on le surnomme le virtuose, le moqueur roux serait capable de chanter bien plus de 1000 mélodies.




Sources images de couverture (moqueur roux) : Linda Jones

NOS DERNIERS ARTICLES