Newton disait que « tout corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement en ligne droite, à moins que quelque force n’agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d’état. »* Quand on applique cette mécanique dans la nature, on se rend compte que les éléments qui la composent sont tous en mouvement, créant des chaînes de réactions, qui elles-mêmes créent des mouvements. #toutestdanstout Pourquoi est-elle toujours en mouvement? Parce que la nature est continuellement affectée par des forces extérieures. On compte parmi ces forces les individus dans leur milieu, le cycle circadien, les saisons, l’eau, l’air, le vent, la gravité elle-même! Le mouvement, c’est la vie. Il permet aux éléments en mouvement de trouver des ressources, de se reproduire, en gros, de survivre.  

L’importance de l’échelle 

Évidemment, quand on pense à mouvement, on pense à quelque chose qui bouge. La locomotion, à l’échelle de l’individu est la base du mouvement. Si le lapin bondit, il est en mouvement. Il faut toutefois penser au mouvement à plus grande échelle. Des chauves-souris qui migrent, c’est aussi un mouvement. Et si on observe la nature comme un tout, on y observe des mouvements immenses, souvent imperceptibles à l’œil. De manière générale, le mouvement est défini par l’espace disponible, la capacité de bouger et dans certains cas, de naviguer. 

L’individus qui bouge 

Du spermatozoïde qui grouille en passant par le bison qui marche dans la plaine jusqu’à la musaraigne qui se sauve dans un tunnel, on parle de locomotion. Ces déplacements sont souvent reliés à la reproduction, à la collecte de ressources ou pour échapper à un prédateur. Ce sont des mouvements de routine où un individu unique se déplace dans l’espace pour survivre. C’est la plus simple expression du mouvement. Simple, oui, dans sa définition, mais certains de ces mouvements individuels sont très complexes. Les mécanismes de la sélection sexuelle sont d’excellents exemples. Penses à l’araignée paon qui danse ou aux buses à queue rousse qui font des vols acrobatiques. 10/10 pour le vol en couple! On est loin de la simplicité!  

Les plantes sont aussi en mouvance. Oui, oui. Encore plus complexe qu’une danse, lorsqu’elles poussent, les plantes font des mouvements de phototropisme. Elles modifient leur axe de croissance en fonction de la quantité de lumière.

Des canards siffleurs en mouvement
Se mouvoir en gang 

Il n’y a pas que les individus qui sont en mouvement, les groupes aussi se déplacent. La migration, ça te dit quelque chose? Les oiseaux sont les champions du voyage saisonnier, mais il n’y a pas qu’eux. Les papillons, les troupeaux de caribous, les baleines, les poissons comme l’alose et la ouananiche, sont toutes des espèces migratrices. Leur mouvement est influencé par les saisons. Il leur permet de trouver de la nourriture et de se reproduire. Les migrations quotidiennes existent aussi. Dans la colonne d’eau, le zooplancton se déplace entre la surface et les profondeurs, en suivant la lumière. Quand il fait clair, le zooplancton se cache au fond, mais pendant la nuit, ils remontent à la surface pour se nourrir.  

Une population pourrait aussi se déplacer pour d’autres raisons. Disons qu’un habitat (lire ici une niche) ou un territoire change suite à une perturbation majeure (t’sé, la force extérieure). Suite à une inondation par exemple, les ressources ne sont plus disponibles. Les populations résidentes pourraient être obligées de se déplacer pour survivre. Même scénario si un milieu est affecté par un changement du climat, un élément chimique ou si un nouveau prédateur ou compétiteur arrive dans un territoire (eux-mêmes s’étant déplacés, créant une chaîne de réactions… #toutestdanstout On te mentait pas.) Ces mouvements de grande envergure sont directement liés au succès des espèces.  

En plus de l’élément déclencheur, pour qu’il y ait mouvement d’une population, il doit exister une « zone adaptative », a.k.a. un nouveau milieu où se déplacer. Cette terre d’accueil est elle-même rendue disponible par un mouvement, un changement ou une perturbation.(Encore la fameuse chaîne de réactions…) C’est entre autres le principe de la succession végétale. Certaines espèces de plantes (qu’on dit pionnières) vont profiter d’un milieu perturbé par un incendie, par exemple, pour coloniser un nouvel habitat par dissémination. (Le déplacement des graines par le vent, l’eau, la gravité, les animaux, c’est aussi des mouvements…) Et hopppp! Cette « migration » de la forêt vient de créer une chaîne de réactions. (Tu n’as pas fini de l’entendre.) 

Y’a définitivement du mouvement ici (Hawaii)
Les mouvements plus grands que… la nature 

Même si on laisse de côté les organismes vivants, on va trouver des mouvements. Des mouvements tellement grands qu’on ne les voit pas, ou presque. On te parle ici des marées, du flux de l’eau en général, de la neige qui tombe, des jet streams, des particules et même des gaz dans l’air, des plaques tectoniques qui entrent en collision, du magma qui bout, du sol qui dégèle dans le grand nord, et même de la rotation de la Terre! Ce sont des mouvements naturels qu’on oublie souvent, mais qui régissent tous les autres, même ceux dans l’espace. Ils sont souvent les déclencheurs (attention, ça s’en vient…) de la chaîne de réactions! (Et oui, on l’a écrit une autre fois!)  

T’auras compris que la mécanique des mouvements dans la nature, c’est primordial. Non seulement la survie des individus et des groupes en dépend, mais les mouvements (micro-, macro- et méga-) sont tous interreliés. (On ne va pas le redire, t’en fais pas.) Il est donc évident que le tout repose sur la connectivité des milieux à long terme et la santé générale des écosystèmes ET de notre planète. À ne pas oublier : TOUT EST DANS TOUT! 


* Tiré de Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica (ou Principia pour les intimes), l’ouvrage du célèbre Sir Isaac Newton, dans lequel il expose sa théorie et sa Loi du Mouvement. 

Par : Anne-Frédérique, éducatrice-naturaliste

Sources images :  Pixabay, Mabel Amber, Adrian Malec

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Le phototropisme ou les plantes qui bougent
    Se déplacer pour aller chercher sa nourriture, trouver un endroit confortable où dormir ou encore échanger avec d’autres, c’est facile pour nous les animaux. Bien […]
  • La convergence évolutive
    Lorsque l’on observe des caractéristiques communes (partagées par plusieurs êtres vivants), la première idée qui vient en tête est souvent qu’elles sont héritées d’un ancêtre commun. Un ancêtre aurait transmis […]
  • Le cycle de vie des grenouilles
    Partir d’un œuf pour arriver à une grenouille en passant par le stade de têtard est un long processus. Voyons un peu comment se […]
  • Les couleuvres du Québec
    À l’arrivée du printemps, durant tes premières promenades, t’as peut-être vu frétiller une petite queue rayée parmi les feuilles en décomposition. C’est normal! Ici comme dans […]
  • Profite de ton Saint-Laurent
    Tu te cherches une activité le fun à faire pour l’été? Ça tombe bien, le fleuve Saint-Laurent accueille une grande diversité d’activités! Tu trouveras forcément de quoi d’intéressant […]