Entre béton et espaces verts

Quand on m’a dit que je pouvais écrire un billet sur le sujet de mon choix, j’ai tout de suite pensé à des p’tits animaux cute (des loutres, des bébés castors, des dik-diks), des insectes extraordinaires qui pitchent du poison, ou des plantes qui parlent entre elles. Pis je me suis dit : “Peut-être que ça serait intéressant d’adresser un sujet qui touche tout le monde et qui ne fait pas juste flasher…” C’est pourquoi la liste qui suit, à la place de flasher, va te donner des bonnes raisons, toi, le citadin, de planter un arbre dans ta cours, ramasser les cochonneries dans le parc de ton quartier ou juste aller prendre un peu l’air.

Parc-nature du Bois-de-Liesse

À quoi ça sert un espace vert en milieu urbain

Un coin de gazon avec 2-3 arbres, c’est pas grand chose, mais c’est assez pour être une réserve de biodiversité et dans un milieu bétonné comme les villes, toutes les parcelles vertes sont importantes. Pour un oiseau par exemple, entre le coin froid d’un toit ou les confortables branches d’un frêne, le choix est assez facile pour faire son nid. Les espaces verts, ce sont des ressources pour les animaux, une variété d’abris et, simplement, un facilitateur pour la biodiversité.

En pleine canicule, à 35°C au milieu du parking d’un IGA, tu rêves de te retrouver à l’ombre des arbres de ton parc de quartier. Réduire les îlots de chaleur (de plus en plus nombreux en ville), bouillants et accablants, c’est une excellente raison de maintenir des espaces verts en santé. En plus, l’évapotranspiration des plantes abaisse la température ambiante. C’est quoi ça? Quand les plantes absorbent de l’eau par leurs racines, cette eau doit aller quelque part… Les végétaux transpirent donc, pour créer un flux circulatoire de la sève. Cette vapeur d’eau qui se retrouve dans l’air et fait baisser la température autour des plantes. Magie!

Savais-tu que l’air que tu respires est remplie de particules en suspension? Ces particules-là viennent des véhicules, de la fumée des cheminées, des cigarettes et des vapes, des déchets, des poussières, de la suie et de la cendre, des bactéries…* Est-ce que j’ai besoin de continuer? Les plantes, principalement les arbres, sont capables d’absorber par filtration une partie de ces particules polluantes. En plus de nettoyer l’air, les racines des végétaux dans les espaces verts réduisent l’érosion du sol et participent ainsi à éviter une trop grande pollution de l’eau par ruissellement des sols contaminés.

Ce n’est plus un secret, des tonnes d’études, dont celle-ci, démontrent que les espaces verts sont susceptibles de favoriser le bien-être des citadins et diminuent les problèmes de santé mentale. En plus, j’ai déjà lu quelque part que la proximité avec la nature faciliterait la guérison de maladies. Et depuis des décennies, on dit que les espaces verts en ville réduisent le stress et, on sera tous d’accord, ça améliore le coup d’oeil et ça rend content.

Es-tu convaincu?  

 

* Cette pollution serait d’ailleurs la cause de plusieurs milliers de morts par année à travers le monde entier. 3,2 millions de morts seraient causées par les particules venant des épandages agricoles, le chauffage et les transports : les trois plus grandes sources de ces particules dégeux…