En ville, les milieux naturels sont pris en sandwiches entre les rues, les bâtiments, les voies ferrées, les zones industrielles, et on en passe. Ça crée ce qu’on appelle la fragmentation des milieux. Pour des animaux qui ont besoin de se déplacer, comme pour une migration par exemple, comme c’est le cas des couleuvres, ça cause un réel problème. Pour contrer cette problématique, la Ville de Montréal a mis en place un plan établissant des écoterritoires. On parle de cette solution pour le paysage et de connectivité avec Aurélien Lauron Moreau, éducateur-naturaliste et biologiste du GUEPE juste ici !

Si tu as envie de visiter ces écoterritoires, fais un tour du côté de nos audio-guides

Ce projet a été rendu possible grâce à la contribution de la Fondation de la Faune du Québec et au soutien financier d’Hydro-Québec.

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Ces intrigants lichens
    À peine arrivé(e) dans la forêt, tu te sens déjà bien. Les arbres de l’automne sont parés de leurs plus […]
  • La mycorhize, une interdépendance
    D’abord, « myco » signifie champignon en ancien grec, et « rhize » vient de « rhiza » qui signifie racine. On peut donc en déduire que la mycorhize, […]
  • Les interactions biologiques : une équation
    Un écosystème, c’est un grand réseau où l’on retrouve une multitude d’interactions entre les différentes composantes. Chez les vivants (on met […]