En ville, les milieux naturels sont pris en sandwiches entre les rues, les bâtiments, les voies ferrées, les zones industrielles, et on en passe. Ça crée ce qu’on appelle la fragmentation des milieux. Pour des animaux qui ont besoin de se déplacer, comme pour une migration par exemple, comme c’est le cas des couleuvres, ça cause un réel problème. Pour contrer cette problématique, la Ville de Montréal a mis en place un plan établissant des écoterritoires. On parle de cette solution pour le paysage et de connectivité avec Aurélien Lauron Moreau, éducateur-naturaliste et biologiste du GUEPE juste ici !

Si tu as envie de visiter ces écoterritoires, fais un tour du côté de nos audio-guides

Ce projet a été rendu possible grâce à la contribution de la Fondation de la Faune du Québec et au soutien financier d’Hydro-Québec.

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Le cycle des roches
    « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », suggérait Lavoisier. Et c’est aussi bon pour les roches! Bien qu’un […]
  • L’ABC des tornades
    En 1939, la maison de Dorothée est emportée par une tornade, jusqu’à Oz. Helen Hunt, en 1996 dans le […]
  • Le lapin du Québec
    Visualise 5 cm d’oreilles paraboliques capables de détecter les moindres sons et leur direction. On ajoute des pattes qui […]