Connais-tu le lien entre le saule arctique (Salix arctica) et le renard arctique (Alopex lagopus)… à part le mot « arctique », bien sûr… (On a trouvé un lien de plus complexe quand même…) Non? Tu vas le découvrir parce qu’on se dirige tout droit vers le nord du Canada ! 


On voit des beaux petits saules arctiques, à ras le sol, dans ce merveilleux paysage du Yukon


Quand on entend « saule », on pense le plus souvent au classique saule pleureur (pas celui qui est inconsolable) qu’on observe dans les parcs urbains ou le long des rivières. Mais les saules sont des végétaux très surprenants et on compte plus de 450 espèces dans le monde*, dont 103 espèces en Amérique du Nord**! Il y en a partout et on s’en rend pas compte principalement parce qu’ils sont méconnus. Il y en a des petits, des grands, certains avec une croissance ultra rapide, des envahissants, des poilus, et même, avec des pouvoirs incroyable comme la dépollution de certains métaux lourds!! #mercilessaules

Dans des conditions polaires, le saule arctique est caractérisé par sa taille: il est minuscule. Regarde ça! En effet, les vents forts du nord (accentués par l’absence de haute végétation) fait en sorte que les plantes poussent à ras le sol là-bas. Oui, oui, on te parle d’un arbre, qui pousse couché par terre (un peu comme l’if du Canada). Mais à quoi peut-il servir? Ce saule joue un rôle important dans les écosystèmes nordiques, car il sert notamment de nourrir aux caribous, aux lièvres arctiques, aux bœufs musqués et aux lemmings***.


Parlons du renard arctique… Comme tu le sais, les renard sont principalement carnivores, il ne mange donc pas de saule. (Ce n’est pas ça le mystérieux lien qui les unit.)

Ohhhh…. il est tellement cute!!! 


On vois ici son beau pelage hivernal (le renard arctique n’est pas toujours aussi blanc par contre). Son poil est très épais pour conserver sa chaleur et sa blancheur lui permet de se camoufler afin de chasser discrètement (comme les ours polaire). En suivant l’exemple de son cousin roux du sud, le renard arctique fait notamment du mulotage. Il bondit en hauteur et il retombe les pattes en avant, museau d’abord, pour de capturer ses proies. C’est un expert, et ce, toute l’année, même à travers la neige. Il se spécialise entre autre en petits mammifères (souvent des rongeurs) qui font des galeries dans le sol ou la neige… exactement comme les lemmings!


Tu viens de comprendre notre lien?! Le renard arctique se nourrit de lemmings et les lemmings se nourrissent notamment de saule arctique. Un exemple de chaîne trophique dans toute sa splendeur! 



* Newsholme C. Willows: the genus Salix. Portland: Timber Press; 1992.

** Argus GW. Salix. In: Flora of North America Editorial Committee, editors. Flora of North America, vol. 7:Magnoliophyta: Salicaceae to Brassicaceae. New York: Oxford University Press; 2010. pp. 23–51.

*** Les lemmings sont des p’tits rongeurs qu’on trouve le plus souvent dans les régions arctiques. À peine plus gros qu’une souris, c’est un joueur de premier plan dans le maintien des zones de toundra. Les fluctuations de ses populations dictent la santé de ces écosystèmes. On y reviendra! 




Sources images : Daniel Case, Pxhere

NOS DERNIERS ARTICLES