Spécial Journée internationale de la biodiversité

Cette semaine, pour célébrer la biodiversité dans le monde, on te fait un petit spécial sur les théories qui entourent le grand concept de la biodiversité. C’est une chose complexe (avec toutes ses composantes: les espèces, les écosystèmes, les fonctions et le reste). On sait que ces composantes interagissent ensemble et que ces relations s’insèrent aussi dans le principe de biodiversité. Ça devient alors un entremêlement de composantes qui créent le vivant et qui construisent la nature. 

Une des composantes principales de la biodiversité est la diversité des gènes: dans une espèce ou dans une population, certains gènes permettront aux organismes d’être mieux adaptés à leur environnement. Avec les générations, certains traits avantageux sont transmis pour favoriser la survie ou le succès des individus. C’est l’évolution. 

Dans une population, les gènes se diversifient de différentes manières, mais principalement par la reproduction sexuée*. C’est pourquoi le succès reproducteur est si important. Le principal avantage d’avoir une diversité génétique intéressante au sein d’une population, c’est de maximiser l’adaptation au changement et du même coup, la bonne vieille résilience. Imagine que dans une population de bélugas, une maladie s’installe. Si tous les bélugas possèdent exactement le même profil génétique, on va assister à la fin de cette population. Par contre, si certains ont des gènes pour lutter contre la maladie, la population pourra probablement passer au travers. Ces bons gènes seront transmis aux futures générations. 

La diversité génétique est tout aussi importante que celle des espèces ou des écosystèmes parce qu’elle est en quelque sorte nécessaire pour maintenir la diversité des espèces. Comme dans l’exemple des bélugas, une pauvre diversité des gènes peut conduire à une diminution générale de la diversité et donc, à une plus grande vulnérabilité des écosystèmes. 

Bébé moufette (。♥‿♥。)

Les limites

Cette diversité-là n’est pas à l’abri d’une diminution. D’abord, l’amplification de l’endogamie peut faire diminuer la résilience. On t’explique. L’endogamie, c’est quand les partenaires de reproduction sont toujours choisis à l’intérieur des mêmes limites (des limites géographiques, mais aussi des limites de groupe ou de populations morcelées). Vite de même, ça l’air normal (on fait ça nous, les humains…), mais quand cette endogamie est aggravée par la fragmentation des habitats, par exemple, et que les bassins génétiques diminuent de plus en plus, la diversité des gènes n’est pas du tout avantagée. 

Ensuite, aucune population n’est à l’abri des goulots d’étranglement. Non, il n’y a pas de tueur en série qui rôde autour de la biodiversité… On parle ici de diminution drastique d’une population, suite à une catastrophe ou une épidémie. Si on jumelle à ça le hasard qui vient agir sur la rencontre des cellules mâles et femelles et qui modifie de manière imprévisible la génétique, on a ce qu’on appelle la dérive génétique. Parce que le brassage génétique est plus souvent qu’autrement aléatoire, on ne peut pas avoir le résultat le plus satisfaisant à tous les coups. 

Puis, la sélection naturelle, elle-même, met son nez dans les gènes, de bonnes et de moins bonnes manières. On ajoute ensuite, la chasse, l’agriculture, le clonage et une tonne d’autres activités humaines (dont l’apiculture) qui viennent dérégler la diversité naturelle des gènes. 

Que ce soit les plantes, les animaux, les virus ou les champignons, la diversité des gènes est essentielle pour maintenir les populations en santé et pas seulement l’espace de quelques années, mais sur des générations. En prenant soin des gènes à l’intérieur des espèces, on assure une certaine pérennité (dans la limite du hasard de la génétique) pour le vivant, en même temps que de favoriser la résilience biologique! Une pierre, deux coups.  


* Techniquement, par la reproduction sexuée, les chromosomes (des brindilles d’ADN) contenus dans les cellules sont séparés de manière égale lors de la méiose. C’est cette action qui crée la variété génétique.  

Sources images : Land Between the Lakes KY/TN

NOS DERNIERS ARTICLES