3 raisons d’adorer les mantes religieuses

La taille, la couleur, l’équipement, l’attitude : c’est ce qui rend la mante la plus badass de tous les arthropodes de la Terre. Il ne faut pas se laisser avoir par son nom, notre mante, n’a rien de religieux. Elle est aussi religieuse que les Backstreet Boys en 1997 avec leur fameux pray and kick move.

Introduite ici au début du 20è siècle, la mante religieuse fait maintenant partie de notre micro-paysage et du haut de ses quelques centimètres, elle règne sur le monde des insectes en souverain sanguinaire. Son corps, parfaitement adapté à son mode de vie de prédatrice, est l’exemple parfait que rien n’est laissé au hasard quand on parle de la nature. Voici 3 raisons pour lesquelles tout le monde devrait tripper sur les mantes religieuses.


Des pattes parfaites

De raptor à religieuse

Ce sont les pattes de la mante, qu’on dit ravisseuses (ou raptorial, en anglais), qui lui ont valu son nom de religieuse. La posture de repos de la mante, avec les pattes repliées, rappelle une posture de prière. Loin de prier, la mante attend, immobile. C’est sa technique de chasse : rester à l’affût et saisir tout ce qui bouge près d’elle. La forme de la patte de la mante lui donne une grip avantageuse qui vient de temps d’attraper une proie. Une fois pris au piège, la proie est immobilisée, squeezée entre les pics sur les faces opposées du fémur et du tibia. La mante mange généralement tout ce qui est plus petit qu’elle* : insectes, escargots, araignées, etc. L’important, c’est que ça bouge! 


Voir pour vrai

Un des plus gros avantages de la mante religieuse, c’est sa vision hors du commun (comme pour beaucoup d’insectes). D’abord ses yeux composés sont très grands (ils prennent pratiquement toute la place sur sa tête) et sont parfaits pour la vision diurne lui accordant un champ visuel remarquablement large en comparaison avec les autres bibittes. Tant mieux, parce que leur technique de chasse et la recherche de partenaires chez les mantes reposent presque qu’exclusivement sur la vue et la détection de mouvement. Localiser les proies, suivre leur mouvement, leur direction et analyser les distances, tout ça est possible grâce à leur beaux grands yeux! On ajoute à ça trois ocelles, sur le dessus de la tête, entre les antennes. Des ocelles, ce sont des organes photosensibles qui réagissent avec la lumière et qui complètent la vision des yeux composés pour être encore plus efficaces. 


Super camo

100% camouflage

On trouve ici des mantes classiques complètement vertes, mais leur couleur peut aussi se décliner dans les bruns (y’en a même des jaunâtres…). L’objectif ici, c’est de passer inaperçu lorsqu’elles sont à l’affût. Malgré leurs adaptations de prédatrices, les mantes sont aussi des proies. Oiseaux, ratons, couleuvres, les animaux sont nombreux à raffoler d’un lunch aussi juteux! C’est pourquoi, la coloration des mantes leur offre un maximum de protection. En cas extrême, la mante n’a qu’à ouvrir ses pattes avant pour exposer les deux points noirs (aussi appelés yeux) à leur base. Bam! Ce signal déimatique a pour but d’intimider un possible prédateur. Si les yeux ne suffisent pas, la mante adopte la position spectrale : elle ouvre ses quatre ailes transparentes en éventail pour avoir l’air plus imposante. Bing! Bang! 


En plus d’être trop cool, la mante religieuse est agile, rapide, élégante et probablement dans ta cour. Lorsque les larves sortent des oeufs (ou de l’oothèque), elles sont littéralement de mini-mantes! C’est à partir du mois d’août que les adultes atteignent leur taille maximale et ils sont donc plus facile à trouver. Quit playing games, avec leur look ultra camo, tu vas devoir ouvrir l’oeil bien grand et rester attentif pour trouver cet insecte larger than life

* On reviendra sur la manie de la mante femelle de s’attaquer au mâle après la reproduction. 



Sources images : Wikipédia, Wikipédia