Aaaaaaah les baleines! Les plus gros animaux que la Terre ait jamais portée! Plus gros que les dinosaures, que les éléphants, que ton auto… C’est un animal un peu mythique: on sait que c’est gros mais quand on observe une baleine, en général, on ne voit même pas 10% de son corps. Un peu de son dos, des fois sa queue et si on est chanceux, POUF! elle saute en dehors de l’eau! 

Contrairement à l’été 2017, l’été 2018 a été super gentil avec les baleines dans le St-Laurent. Cette année, non seulement il n’y a pas eu de décès de baleines noires recensé (contre 12 carcasses trouvées dans les eaux canadiennes en 2017), mais en plus, on a eu droit à 6 baleineaux bleus! Encore plus impressionnant: la dernière observation d’un bébé baleine bleue remonte à 2008!


Une baleine bleue


Au Québec, on est TRÈS chanceux. On a des magnifiques endroits pour observer les baleines à partir de la côte. Dans la partie maritime de l’estuaire du Saint-Laurent (entre Tadoussac et Pointe-des-Monts), il y a une zone de remontée d’eau profonde qui concentre l’eau froide et donc l’oxygène dissous et le plancton. C’est la forme du fond de l’eau (la géomorphologie) à cet endroit qui fait en sorte que beaucoup de proies s’y accumulent et attirent plusieurs types de prédateurs (poissons, requins, baleines, etc.). Vous avez bien compris: c’est pour manger et juste manger que les baleines reviennent été après été dans le fleuve Saint-Laurent. Mis à part les bélugas, toutes les autres espèces retournent dans l’Atlantique pour se reproduire.


Donc à part des bélugas, des baleines bleues et des baleines à bosse, qu’est-ce qu’on pourrait avoir la chance de voir dans l’estuaire? Les espèces les plus fréquentes: petit rorqual (petit, mais gros comme un autobus quand même!), rorqual commun et marsouin commun. De temps en temps, on peut voir un groupe de dauphins à flancs blancs et si on est très très très très chanceux, un cachalot. Il y a une plusieurs années, Tryphon, un cachalot très connu, venait faire un roadtrip de 24h dans l’estuaire chaque année. Malheureusement, Tryphon s’est pris dans des engins de pêche et s’est échoué en 2009. Ensuite, les observations de cachalots dans le Saint-Laurent se sont fait plus rares. Mais surprise! L’été 2018 a apporté aussi des cachalots dans l’estuaire!

Et là, si vous être encore plus chanceux (chanceux + patient + l’oeil vraiment averti), vous pourrez observer un narval! Oui oui, une licorne des mers! Depuis 2016, un narval s’est lié d’amitié avec un groupe de bélugas. Et il était de retour cette année!


Un bout de baleine à bosse


L’année 2018 a été exceptionnelle pour les observateurs! Heureusement, tous ces beaux animaux sont pour la plupart protégés soit par un statut d’espèces en péril ou par les règlements du Parc Marin du Saguenay-Saint-Laurent. En septembre, les mammifères marins ont commencé à quitter le Saint-Laurent pour leur migration… mais il en traînera encore quelques un durant l’automne. Vous avez encore le temps d’essayer de les observer!




Source images : NOOA, Anne F. Préaux

NOS DERNIERS ARTICLES

  • Spécial Fungi
    On t’as déjà expliqué que les champignons sont bien différents des plantes : ils ne sont pas […]
  • Le chant de la cigale
    On te propose de terminer le mois d’août en profitant des dernières chaleurs de l’été et de […]
  • Les insectes, les pros de la vie en groupe
    Dans la nature sauvage, la vie en groupe a plusieurs avantages qu’on connaît déjà. Ça rend plus […]